Conseil pour être un bon parieur + mes pronos foot du week-end !

Au programme de l’émission du jour, je vais vous expliquer comment être un bon parieur et un vrai bon analyste. Pour cela, j’accueille Antoine, une personne que j’apprécie beaucoup, qui a été mon responsable de salle de cotations à France Paris Sportifs à l’époque et a une grande expérience des paris sportifs. En seconde partie d’émission, nous reviendrons sur le début de saison de Ligue 1 et Ligue 2 avec Pierre-Yves et je vous donnerai un ou deux pronostics pour le week-end.

Comment être un bon parieur et un bon analyste ?

B : – j’accueille donc Antoine. Merci d’avoir accepté l’invitation pour débattre de cette question. J’ai déjà dit dans l’introduction que tu as été mon responsable de salle de cotations à France Paris Sportifs, que tu es un passionné des paris sportifs mais tu as fait d’autres choses. Est-ce que tu peux nous raconter un peu ton parcours dans le monde du pari sportif ?

A : – C’est vrai qu’on a bossé ensemble chez France Paris Sportifs sur l’aspect trading du site de bookmaking. Auparavant, j’avais travaillé un peu chez quelques bookmakers étrangers en Angleterre, à Gibraltar… J’ai un peu bourlingué en Europe chez quelques grandes maisons du bookmaking,

B : – Comme ladbrokes ?

A : – Oui, notamment. C’est un gros bookmaker en Angleterre qui a pas mal de boutiques un peu partout dans le monde. Ça m’a permis de vraiment apprendre le métier de bookmaker et de découvrir toute l’industrie anglophone du bookmaking qui est beaucoup plus développée que chez nous.

B : – C’est clair.

A : – J’ai aussi une expérience en finance. J’ai un master en finances de marché, ce qui m’a aidé dans la modélisation des cotes, dans le trading au quotidien… Il y a plein de parallèles entre la finance et le patri sportif, comme on en a déjà parlé.

B : – On essaiera peut-être un jour de faire une émission sur ce sujet. Il y a pas mal de passerelles entre ces deux mondes qui ne sont pas si éloignés l’un de l’autre. Pour revenir au sujet du jour, beaucoup de gens voudraient savoir ce qui fait un bon parieur et un bon analyste. On voit aujourd’hui énormément de choses, que ce soit des blogs, des sites, sur Facebook. Et il y a forcément à boire et à manger, comme dans chaque domaine en pleine explosion. Pour toi, quelle est la définition d’un bon parieur et d’un bon analyste ?

bon parieur évolution des cotesA : – C’est une excellente question. C’est LA question que beaucoup se posent, que ce soient des débutants ou des gens confirmés. Comment choisir un bon tipster, ou comment soi-même estimer si on produit de bonnes analyses ? Pour répondre, les gens se focalisent en général trop sur les résultats et se disent au bout de 50, 100 ou même 500 paris : “j’ai gagné de l’argent (ou j’en ai perdu) donc forcément je suis bon (ou je ne suis pas bon)”. Mais en fait, c’est beaucoup plus complexe que cela. Il faut arriver à identifier la value. C’est un peu comme en finance dans le prix d’un actif financier. La cote réunit tous les paramètres d’un match à un instant T. Donc si on arrive à prendre un pari à un moment où la cote est supérieure à celle du coup d’envoi, c’est un très bon indicateur pour voir si on est plutôt dans le vrai ou pas. C’est un bon indice sur notre faculté à dégager des profits à long terme

B : – On est d’accord là-dessus. Je prends un exemple : vous suivez bien une équipe, un championnat, donc vous savez déjà en gros qui seront les titulaires, qui est blessé, suspendu, etc. La cote de cette équipe à domicile est à 2 le lundi, le jour où les cotes sortent. Vous, de votre côté, vous avez analysé que cette équipe à plus que 50% de probabilité de remporter le match – je simplifie car une cote de 2 n’est pas exactement de 50%, il faut aussi tenir compte des taxes, de la marge des bookmakers. La cote sera donc selon vous plus basse que 2 au coup d’envoi. Donc vous la prenez. Si la cote est descendu à 1,80 ou 1,70 au coup d’envoi, c’est tout bénéfice pour vous. Cela ne veut pas dire que ce pari va être gagnant. Mais si vous faites cela régulièrement, que vous avez dans tous les paris que vous prenez une meilleure cote que celle du début du match, vous allez forcément être gagnant sur le long terme, parce que vous avez une value – une meilleur probabilité de gagner que ce que le bookmaker avait prévu.

A : – C’est fondamental. Comme tu l’as rappelé, c’est important de ne pas se focaliser sur le résultat. Si on fait une analyse et qu’on anticipe une chute de cote – elle est à 2 mais je pense que ça vaut 1,60-1,70 – qu’on la prend à 2 et qu’elle est vraiment à 1,70 au coup d’envoi alors, même si l’équipe perd, qu’il y a un carton rouge, un but qui sort d’ailleurs, ce n’est pas grave. Sur le long terme, cette méthode et cette rigueur dans votre analyse fera que vous serez gagnant.

B : – Tout à fait. Après, si vous êtes vraiment débutant et que vous ne connaissez rien, ça ca être très compliqué de trouver des choses comme cela car cela vient vraiment avec l’expérience. Antoine, tu me disais que tu avais ce type de choses là sur plus de 80% de tes paris. Mais tu as plusieurs années d’expérience et tu arrives à anticiper tout cela. En fait, tu regardes juste la liste des matchs et tu essaies de coter toi-même, c’est ça ?

A : – Voilà, c’est ça. C’est peut-être le fait d’avoir été bookmaker mais pour moi, la meilleure façon de ne pas se faire influencer par le marché, par les cotes qu’on voit sur les différents sites de bookmakers, c’est d’essayer soi-même de “pricer” ou plutôt de coter le match en me disant : si j’étais bookmaker, quelle cote donnerais-je ? 1,50, 2,50, 2,10 ? J’essaie de coter mon match et après je vais voir ce que le marché propose. Et c’est en pariant sur les décalages entre ce que je pense et ce que le marché propose que j’arrive à détecter des value.

B : – Tout à fait. Est-ce que tu as un exemple récent ?

A : – Oui, le week-end dernier avec Saint-Etienne – Rennes. Je me disais depuis plusieurs jours que Rennes avaient peut-être un peu sous-performé et qu’ils méritaient mieux que leur classement. Et à l’inverse, Saint-Etienne a eu beaucoup de réussites contre Dijon, contre Angers où ils font match nul alors qu’ils prennent trois barres transversales. Il y avait une équipe qui sous-performait et une équipe qui surperformait et leur rencontre s’annonçait pour moi beaucoup plus serrée que ce que les cotes le disaient. Pour moi, c’était autour de 55/45 pour Saint-Etienne en raison de l’avantage à domicile. Mais en regardant les cotes, j’ai vu des choses complètement déséquilibrées, avec des choses proches de 70/30. il y avait donc pour moi une énorme value sur Rennes. J’ai pris Rennes assez tôt, le vendredi soir ou le samedi matin. Le dimanche, les gens ont commencé à se rendre compte de tout ça, il y a des émissions qui parlent des matchs du jour, etc. Mais quand on s’y prend à l’avance, on a le temps d’anticiper certains mouvements. Et la cote du match au coup d’envoi était très proche de ce que j’avais prévu, peut-être pas exactement 55/45 mais 66/44 ou quelque chose comme ça.

B : – Tu avais pris une cote à combien et au coup d’envoi elle était à combien ?

A : – Je l’avais prise aux alentours de 2,80 en draw no bet remboursé si Rennes faisait match nul. Et au coup d’envoi, Rennes était à 2,20-2,30.

B : – Ça avait perdu 60 points

A : – Un gros mouvement de marché !

B : – Ce sont nos amis rennais qui ont joué sur leur club (rires) ! Après, je vais me faire l’avocat du diable : il y a eu 2-2.

A : – Oui. Mais ça je ne t’en ai même pas parlé. Parce que le résultat ne m’intéresse pas, bien sûr que ça m’intéresse parce que c’est sur ça que les profits sont calculés, mais dans le raisonnement, je savais que prendre Rennes à cette cote là était de toute façon un bon pari long terme. Et en plus, quand on regarde le match, Rennes a mené deux fois au score et aurait mérité mieux. Le résultat n’était pas fondamental en soi, le mouvement de cote était tellement énorme que…

B : – Je comprends tout à fait et je raisonne comme toi. Je suis sûr que certains ne comprennent pas et se disent :”oui, mais il a perdu…”

A : – Là c’était remboursé en l’occurrence, c’est l’avantage du draw no bet.

B : – Ah oui, excuse moi ! En plus c’était remboursé donc tu n’as pas perdu. En gros, ce qu’on explique c’est que ni Antoine ni moi ne gagnons tous nos paris. Le but du jeu est de dégager des bénéfices sur le long terme. Et cette méthode là le permet, en essayant d’anticiper.

Je mets un bémol : si vous êtes vraiment débutant non initié, ne vous amusez pas à faire cela, ça va être très compliqué pour vous. Attendez plutôt quelques heures avant le match d’avoir toutes les infos. Par contre, si vous êtes initiés, que vous avez des compétences certaines dans un sport, football ou autre, anticiper peut être bénéfique. Vous pouvez passer du stade de parieur moyen au stade de bon parieur.

L’année dernière par exemple, lors des deux ou trois dernières journées de Ligue 2, les cotes des six clubs qui luttaient encore pour monter perdaient de 20 à 30 points entre le lundi et le vendredi. Pourquoi ? Parce que les gens se disaient que ces équipes là étaient non seulement plus fortes que celles qu’elles rencontraient mais qu’elles était davantage motivées. Et donc la masse d’argent qu’ils jouaient sur ces équipes faisaient baisser les cotes. Lors de la dernière journée, les six premiers clubs ont gagné

A : – On en avait parlé et c’était vraiment bien vu de ta part. Entre le lundi et la sortie des cotes et le vendredi soir, le jour du match en Ligue 2, il y avait tous les journaux, les émissions TV qui parlaient des matchs et répétaient que telle équipe devait impérativement gagner pour espérer monter. Tout cela encourage les gens à parier sur les mêmes équipes et à entraîner le marché d’un côté. Celui qui l’a anticipé a un avantage sur les autres qui parient plus tard.

B : – C’est pour ça qu’un bon parieur intelligent, un parieur gagnant, c’est quelqu’un qui utilise aussi la masse du marché à son profit. C’est ce que je fais, c’est ce que tu fais, c’est ce que j’explique dans ma formation, dans mon Club. C’est une autre vision que tout ce que vous voyez sur Facebook. D’ailleurs Antoine, tu avais une bonne position dans le secteur bancaire et financier mais tu as décidé de franchir le pas pour lancer un service. Tu peux nous en dire un peu plus ?

A : – Les parallèles étaient quotidiens entre le trading et en banque-finances et beaucoup de choses se ressemblaient en matière de modélisation et d’investissement. Et puis en tant que grand passionné de sport et de football en particulier, c’était évident pour moi d’essayer d’utiliser les méthodes qu’on utilise en finance. Ces méthodes fonctionnent en finance avec des sommes astronomiques, voyons ce que ça donne à petite échelle dans le pari sportif. Donc quelques collègues et moi avons lancé un service d’investissement en pari sportif. On travaille à plein-temps au quotidien à cela. On analyse une grande quantité de matchs, on sélectionne sur la base de nos estimations les meilleures values et on les propose à nos clients pour qu’ils puissent parier.

B : – Et comment s’appelle ce service ?

A : – Odds Vision. “Odds” signifie cote en anglais donc c’est la vision, l’anticipation, l’estimation des cotes. On a une page Facebook dédiée à cela sur laquelle on essaie de poster de temps en temps des paris gratuits. On donne aussi notre avis sur certains matchs et on invite les gens à réagir, à nous contacter. Il y a aussi un lien vers notre plateforme de pronostics blogabet que vous pouvez rejoindre pour profiter de nos conseils et devenir vous aussi un bon parieur.

B : –  Je vous invite à aller voir, en commençant par la page Facebook. Mais je peux vous dire qu’Antoine est quelqu’un de sérieux. Et s’il a quitté la finance pour se consacrer à plein temps à cette activité, c’est une décision mûrement réfléchie. Je pense qu’Antoine interviendra aussi de temps en temps dans l’émission sur divers sujets pour apporter son éclairage et son expérience. Merci de ton intervention et à bientôt

Le début de saison de Ligue 1

pronos ligue 1 bon parieurB : – On enchaîne sur la Ligue 1 avec Pierre-Yves. Après sept matchs, on a sans surprise PSG et Monaco aux deux premières places – Monaco 2e est une petite surprise pour moi quand même. On verra s’ils réagissent en championnat après leur défaite 3-0 contre Porto. Pierre-Yves, des surprises ?

P-Y : – Je suis surpris par certaines équipes. Saint-Etienne me plait beaucoup.

B : – C’est bizarre, moi je n’aime pas (rires). Comme disait Antoine tout à l’heure, c’est surcoté et ils vont redescendre

P-Y : – Je trouve que la mayonnaise a bien pris. On avait parlé pour le début de saison de cet entraineur venant d’Autriche…

B : – C’est vrai que pour l’instant il pianote bien. Mais ils ont eu beaucoup de réussite pour l’instant donc je prends avec des pincettes. À voir… En surprise, on a Rennes, 15e avec 1 victoire, 3 nuls et 3 défaites. Et pourtant je trouve que ce n’est pas mal et le classement va sans doute s’améliorer. Nantes aussi. Avec Ranieri, ça joue à l’italienne, ça gagne avec un but d’écart mais c’est efficace. La grosse déception pour moi c’est Lille. On a vu que c’était l’effectif le plus jeune d’Europe mais…

P-Y : – Déception de tous les côtés : du côté de l’effectif, de Bielsa aussi. Sans être un spécialiste de la tactique, on peut constater qu’il y a quand même des choses assez étranges qui se passent.

B : – On est d’accord. Et quand tu vois les matchs amicaux de cet été où ça jouait bien au ballon… Je ne comprends pas pourquoi ils ont vendu de Préville. Troyes est pas mal aussi dans le ventre mou ; pour Amiens, c’est mieux que ce qu’on pouvait penser

P-Y : – C’est l’effet Kakuta.

B : – C’est ça ! Bon 7 matchs, on ne peut pas trop tirer d’enseignements, on fera un point plus complet à Noël. Quoi dire d’autre ? PSG et Bordeaux sont invaincus et ils s’affrontent ce week-end. On va voir aussi comment les clubs qui jouent en Coupe d’Europe enchainent ensuite en championnat. Faites attention à cela, il y a toujours des choses à faire.

Le début de saison de Ligue 2

pronos ligue 2B : – Brest après un départ poussif vient d’enchaîner 7 matchs sans défaite et se classe 5e à égalité de points avec le 3e. Reims caracole en tête et arrive enfin à marquer des buts contrairement à l’an dernier. Ils ont 3 points d’avance sur Lorient qui joue pas mal et Ajaccio. Je vois bien le club corse remonter, tu ne peux pas avoir une Ligue 1 sans club corse. Ton avis Pierre-Yves ?

P-Y : – À part le Paris FC, je ne vois aucune surprise chez les premiers.

B : – Oui, par contre va regarder au fond avec Lens. Ça c’est LA surprise ! Le plus gros budget de Ligue 2 avec presque 40 millions et se retrouver avant-dernier avec une victoire ! Je peux comprendre que les lensois tirent un peu la tronche. Est-ce qu’ils réussir à remonter et accrocher une des six places pour les play-offs ? La saison est encore longue mais ils ont déjà 14 points de retard sur le 6e. Est-ce que Gervais Martel doit rendre les clés du camion ?

P-Y : – C’est une grosse fin de cycle. Tous les clubs connaissent ça un jour ou l’autre…

B : – C’est clair. Quoi d’autre ? Nancy est 16e, Auxerre 17e

P-Y : – À la fin des années 1990, cela faisait un podium de Ligue 1 tout ça

B : – C’est vrai (rires). Même Sochaux…

Mes pronos du week-end

Un petit pari que j’ai repéré. On va peut-être me prendre pour un fou mais ça colle bien avec la discussion qu’on a eu avec Antoine puisque cela concerne PSG-Bordeaux. PSG joue cette semaine contre le Bayern, donc un match avec une forte intensité, une débauche d’énergie physique et mentale. C’est pourquoi je vois bien un Bordeaux +3 en Asian handicap. C’est-à-dire que pour que le pari ne passe pas, il faut que Bordeaux perde de 4 buts ou plus. Et je ne les vois pas prendre 5-1 ou 4-0. C’est assez solide en défense – comme le PSG, ils n’ont pas encore perdu – et ils sont aussi capables de marquer. Ils seront frais. De plus PSG n’a pas écrabouillé tout le monde depuis le début de ce championnat. La cote lundi était à 1,65 et elle est déjà descendue à 1,50.

J’avais des vues aussi sur Nantes-Metz avec Metz +1,5 en Asian handicap à une cote de 1,4. Nantes gagne tous ces matchs par un but d’écart – 1-0 ou 2-1 – et pour moi, l’écart entre les deux équipes n’est pas si grand que cela. En plus, Nantes va devoir faire le jeu alors qu’ils préfèrent d’habitude jouer en défense.

Pour plus de pronos et l’accès à ma liste de tipster de confiance, vous pouvez rejoindre le club privé pariez gagnant en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *