Championnats du monde d’athlétisme : qui voyez-vous sur les podiums ?

Au programme du jour, je vais avoir comme invité Nico, qui est spécialiste d’athlétisme. Et nous allons parler championnats du monde d’athlétisme qui vont se dérouler à Londres début août. Il y a souvent de bonnes choses à faire en athlétisme. Nous vous donnons nos avis sur chaque podium !

Les championnats du monde d’athlétisme

athlétisme paris sportifsB : – Vous connaissez Nico puisqu’il est déjà intervenu pour parler de sa passion qu’est l’athlétisme. Tu fais d’ailleurs toi-même de l’athlétisme et du sprint
N : – C’est ça. Je fais su sprint court – 100 mètres, 200 mètres. J’ai eu la chance il ya a deux semaines de faire finaliste aux championnats de France en 10’63.
B : – Excellent !
N : – Là je suis en pause athlé et à 100% pour le paris
B : – Et on t’a vu à la TV pour la finale des championnats de France alors ?
N : – Non, ce n’était pas diffusé. Comme je te l’ai déjà dit, c’était les nationaux, du 8e au 24e français on va dire
B : – Exact, c’est ce que tu m’avais dit
N : – Les Elite, ce sont les 16 premiers.

L’importance de la météo pour vos pronos sur championnats du monde d’athlétisme : 

B : – On va dire que tu es dans le Top 20 français. C’est déjà énorme ! Donc félicitations ! On va parler des championnats du monde d’athlétisme qui auront lieu à Londres du 4 au 13 août. Généralement, je suis ça avec attention. J’ai commencé à regarder un peu de mon côté. Je pense que toi, qui suis les meetings de la Ligue de diamant depuis le début de saison, tu as pas mal de choses. C’est pour cela qu’il me semblait intéressant de faire ce petit teasing de ces championnats du monde d’athlétisme et voir les forces en présence avec toi.
Avant de commencer, voilà comment je fais pour analyser l’athlétisme : forcément, on commence par regarder les résultats de l’année, les records personnels des différents athlètes – je regarde s’ils sont jeunes ou pas pour voir s’ils une marge de progression ou si au contraire ils sont en fin de carrière – si les chronos ont été fait avec vent favorable ou pas…

N : – Il faut aussi regarder les conditions météo. Quant tu cours à Oslo avec 15°C, ce n’est pas pareil que si tu cours à Kingston avec 30°C.

B : – C’est ça. Apparemment, le muscle est plus performant à une certaine température.

N : – C’est exactement ça. On dit en général que la température idéale est autour de 25°C. En dessous de 20°C et au-dessus de 30°C, c’est vraiment pas terrible. Cela dépend aussi de la discipline. Ces températures sot pour le sprint. En demi-fond par exemple, il ne faut pas qu’il fasse trop chaud parce que les organismes s’épuisent alors plus vite. Mais 25°C est la température optimale pour quasi tous les athlètes.

B : –  Les championnats du monde d’athlétisme sont cette année à Londres, donc… Il faut voir mais habitant en Bretagne, je peux vous dire qu’il va pleuvoir pendant 10 jours. La Bretagne n’étant pas très loin de Londres à vol d’oiseau, c’est à surveiller. En plus, certains athlètes aiment certaines conditions et pas d’autres, mais cela demande une analyse en profondeur.

Est-ce que les athlètes auront un pic de forme durant les championnats du monde d’athlétisme? 

coupe du monde athlétismeB : Je regarde aussi les athlètes qui participent à plusieurs épreuves. C’est généralement le cas en sprint. Enchaîner les courses peut être difficile. Un 400 mètres demande pas mal d’énergie par exemple. Je regarde aussi le planning des championnats. Et toi Nico, comment tu procèdes ?

N : – Un peu de la même façon que toi. Pour ceux qui doublent les épreuves : les grandes stars qui visent souvent les médailles doublent 100 et 200 mètres ou 200 et 400 mètres. Sinon, je regarde tous les meetings et après chacun d’entre eux, je me fais des petites notes, je reviens dessus, etc. En ce moment, je regarde de nouveau toutes les courses de tous les meetings pour analyser ce qu’il s’est passé. J’essaie de voir les pics de forme…

B : – Les pics de forme, c’est important ça, on est d’accord. Le problème pour suivre tous les meetings, c’est que le diffuseur des meetings d’athlétisme change souvent. Monaco était sur Canal mais les autres sur SFR Sport. Et s’il faut être abonné à beIN, Canal, SFR… Je suis abonné à beaucoup de choses, mais je n’ai pas SFR, ce qui est un peu embêtant même si on peut retrouver des courses sur youtube. En tout cas, j’avais enregistré le meeting de Monaco et j’ai aussi re-visionné et pour Usain Bolt, on imagine bien qu’il n’avait pas encore atteint son pic de forme et que cela devrait arriver à Londres.

N : – C’est le cas de plein d’athlètes. Mais il faut vraiment suivre l’actualité pour savoir comment les athlètes se préparent. Certains courent beaucoup en début de saison puis rentrent chez eux pendant un ou deux mois avant les mondiaux, d’autres font beaucoup de meetings pour gagner de l’argent et arrivent cramés aux mondiaux. Pour Bolt, il est en fin de carrière et ils essaie de se gérer vraiment pour éviter les blessures. On a vu sur ses deux courses qu’il n’envoie pas comme il pourrait le faire parce qu’il a peur de se blesser. Il veut vraiment finir en légende et ça se voit qu’il est en mode calculateur.

B : – Il est aussi allé deux semaines en Allemagne voir son médecin pour son dos. On voit qu’il calcule bien, c’est vrai. Après, c’est technique mais si on regarde sa dernière course à Monaco, il est beaucoup mieux placé que dans ses courses précédentes. Il va arriver au top à Londres. On espère qu’il va finir en apothéose, car c’est quand même la légende de l’athlétisme aujourd’hui. Notez la course sur 100 mètres sur vos agendas. Ce sera la dernière course de sa carrière.

Les conseils de Nico pour vos pronos athlétisme : 

B : Mais il n’y a pas que le 100m hommes. Qu’est ce que tu préfères analyser ? Les épreuves de lancer, les courses de fond, le sprint, les haies… ?

N : – J’analyse un peut tout. Mais je suis sprinteur donc je maîtrise un peu plus le sprint que le demi-fond. Mais j’ai pas mal de connaissances dans le milieu de l’athlé – je connais des entraineurs de l’équipe de France, des amis d’agents avec qui j’échange de temps en temps pour avoir quelques infos et il m’arrive de leur poser des questions sur un athlète en particulier pour savoir ce qu’ils en pensent. Au final, j’arrive à savoir pas mal de choses dans quasi toutes les disciplines de l’athlé même si personnellement, je maitrise plus ce qui est sprint et haies, de par mon vécu de sprinteur, tout simplement. J’ai plus l’œil sur la technique des athlètes. Par exemple, je connais les techniques de bases du lancer de javelot mais le micro-détail, je ne vais pas le voir à l’œil nu.

B : – L’athlétisme regroupe beaucoup d’épreuves donc c’est très compliqué d’être spécialiste de chaque épreuve ! On va rentrer dans le vif du sujet en commençant pas les femmes – et d’ailleurs bonjour à toutes les parieuses, je sais qu’il y en a – et le sprint. Juste une petite parenthèses : les sélections américaines, qui sont très dures tellement le niveau est relevé, offrent parfois de grosses surprises car les favoris ne se qualifient pas. Ou ils arrivent un peu cramés. C’est à prendre en considération.

Le sprint féminin : 

B : – Que peux-tu nous dire sur cette épreuve ?
N : – C’est simple. Thompson est pour moi archi-favorite, c’est vraiment la Usain Bolt du sprint féminin. Elles est impressionnante et largement au-dessus du lot. Lors du meeting de Londres, elle a eu mal au tendon d’Achille lors des séries et du coup elle a couru avec des running et des mini-pointes, donc pas des chaussures adéquates. Et elle a battu tout le monde en faisant un super chrono !
B : – Elle est jamaïcaine
N : – C’est ça. Elle est double championne olympique sur 100 et 200 mètres. Bizarrement, elle ne fait que le 100 m à Londres. Peut-être qu’elle veut faire une saison plus légère. Mais aucun souci pour elle, elle à 2/10e d’avance sur les autres.
B : – J’avais une petite préférence pour Schippers aux J.O. mais à chaque fois Thompson l’a battu (rires)
N : – Schippers, ce sera plus sur le 200 mètres.
B : – Sur 200 m, il y a 2 ou 3 athlètes pour la victoire, c’est ça ?
N : – Pour moi, sur le 200m il y a clairement 4 athlètes et les autres. Schippers donc, qui a fait 2e aux J.O l’an dernier, Tori Bowie qui a fait une très grosse course à Eugene fin mai-début juin ou elle a battu Thompson – la seule défaite de Thompson cette année – donc attention à elle, c’est une athlète grande, fine, qui prend bien le vent…
B : – En plus, elle est forte sur 100 m aussi, elle a gagné les sélections américaines
N : – Oui, elle est vraiment forte. Elle est encore un peu irrégulière et a encore des choses à travailler techniquement. Quand elle se crispe, elle fait parfois des contre-performances mais si elle est vraiment bien, il faut faire attention à elle. Ensuite, il y a Shaunae Miller, un vrai diamant, très grande, très puissante, qui a couru en moins de 22 secondes cette année, même si elle est davantage spécialiste du 400 m. Je l’aurais presque donnée favorite sur 200 mais comme l’épreuve du 200m aura lieu après celle du 400 m, il faudra voir comment elle récupère. Surtout qu’elle va lâcher beaucoup d’énergie sur 400 m car elle va affronter Allyson Felix – une course à ne pas rater !
B : – On est d’accord pour dire que le 400 m est une course horrible ?
N : – C’est la distance sur laquelle tu es le plus lactique. En plus, j’ai regardé le programme et ça doit être : séries et demi-finale du 400 m, séries du 200 m, finale du 400 m, demi finale et finale du 200 m. Donc c’est vraiment un très gros enchaînement. Shaunae Miller n’a pas énormément couru cette année donc elle devrait arriver fraiche mais…
B : – À voir !
N : – Oui, à voir… La quatrième sera Marie-Josée Ta Lou, dont on ne parle pas beaucoup. Elle est de la côte d’Ivoire mais elle est licenciée en France et je la connais un peu. C’est un petit gabarit et je ne pense pas qu’elle va gagner mais elle a vraiment franchi un cap cette année, elle a fait 4e sur 100m et 200 m l’an dernier à Rio. Elle peut être une belle surprise sur 100 et 200 mètres
B : – Elle a la huitième performance de l’année sur 200. je l’ai vu courir à Monaco et elle a gagné
N : – Oui, elle a gagné largement à Monaco. Et elle a fait 2 courses où elle finit 3 et 6 centièmes de secondes derrière Schippers. Je ne la vois pas gagner mais… sur un malentendu ça peut passer.
B : – Et comme tu l’as dit, Thompson ne sera pas sur 200 m, ce qui ouvre quand même des portes. Sur 400 mètres, la plus longue distance en sprint, il y a Allyson Felix que je suis depuis des années et qui est aussi une légende de l’athlétisme mondial, on peut le dire.
N : – Ah oui ! 22’12 en junior féminin sur 200 m, c’est juste hallucinant. Au niveau français, il n’y a pas beaucoup d’hommes qui font ça. Il y a 10-15 ans qu’elle est là, elle court sur 100, 200, 400, 4×400, elle est techniquement super belle à voir courir, très humble… c’est la classe quoi !
B : – On est d’accord. Et comme on l’a dit, il y aura Shaunae Miller en face.
N : – Oui. Ça va être un très gros duel. Elles se sont affrontés à Rio l’année dernière. Shaunae Miller s’est jeté sur la ligne pour finir à plat ventre pour gagner de 1 ou 2 centièmes. Cette année, ça va être la même chose, c’est vraiment compliqué de savoir qui va gagner des deux.
B : – À regarder. Vous cochez Bolt sur 100 mètres, vous cochez Felix contre Miller sur 400 mètres femmes. En plus, on ne voit pas beaucoup d’athlétisme sur des chaines non payantes et ce sera sur France 2, donc profitez-en pour profiter un peu des championnats du monde d’athlétisme.
N : – Surtout que c’est de 20 heures à 23 heures tous les soirs, donc c’est nickel au niveau des horaires.
B : – C’est sûr que ça change de la Chine ou du Brésil ou on vit en décalé par rapport à sa famille. Là à Londres, il n’y a qu’une petite heure de décalage. On passe au sprint masculin.

Le sprint masculin : 

championnats du monde d'athlétisme
N : – Ce sera la dernière course de Bolt donc à ne pas rater. Il y a eu du mieux sur sa course à Monaco – 9’95 –, ce n’est plus le grand Bolt d’il y a quelques années, c’est sûr, il a beaucoup moins de marge. La cote doit être à 1,40 pour l’instant donc ça ne vaut vraiment pas le coup de la jouer. Il y a deux ans, il était à 1,30 avant les mondiaux et comme il se réserve souvent sur les séries, il ne donne pas forcément la meilleure impression ni ne fait les meilleurs chronos, du coup sa cote monte. Je l’avais eu à 2 avant la finale contre Gatlin qui lui avait fait une super impression et je m’étais gavé dessus. Je vous conseille de faire la même chose, même si je ne suis pas sûr qu’il va gagner. J’espère qu’il va gagner mais sur ce que j’ai vu pour l’instant, ce n’est pas terrible. Il a la chance que personne ne sorte vraiment du lot…
B : – Il ya Coleman qui a fait 9’82 le 7 juin à Eugene avec du vent favorable. Il ya ensuite Yohan Blake et tous les autres que Bolt connait
N : – Oui, Coleman on ne le connaît pas trop. C’est un universitaire or en université, ils courent énormément en raison des bourses qu’ils peuvent décrocher – 50 000 € par athlète. Coleman arrive avec 50 courses dans l’année, ce qui est juste hallucinant ! Il est complètement carbonisé, cela fait deux mois qu’on ne l’a pas vu sur les gros meetings. Il n’a pas d’expérience et il s’est fait battre par Gatlin aux qualifications américaines. Je n’y crois pas du tout, il ne gagnera pas, c’est quasiment sûr. Ensuite, il y a Blake, mais Bolt le connaît par cœur puisqu’ils s’entrainent ensemble. Andre De Grasse, la nouvelle pépite du sprint mondial canadienne est très fort sur 200 – il a fait deuxième sur 200 m l’an dernier – mais sur 100 m, son départ est encore un peu tendre, un peu comme Schippers…
B : – Intéressant pour des face à face si les bookmakers les proposent. Un petit De Grasse-Coleman par exemple, il peut y avoir une value sur De Grasse…
N : – Je jouerais De Grasse
B : – Oui
N : – Après, il faudra faire attention aux conditions de vent. De Grasse est un tout petit gabarit, du genre 1,75m et 65 kilos, donc s’il y a du vent de face, c’est fini pour lui. Par contre, avec du vent de dos, il a fait 9’69 à Stockholm cette année.
B : – Sur 200 mètres, on a peut-être la future superstar avec van Niekerk.
N : – Oui. Même si ce n’est pas exactement pareil puisque van Niekerk est plutôt un coureur de 200-400. Mais ce qu’il fait est hallucinant.
B : – Il a des chronos sur 100, 200 et 400
N : – C’est le seul homme de tous les temps à avoir fait moins de 10 secondes au 100 m, moins de 20 secondes sur 200 m et moins de 44 secondes sur 400 m.
B : – C’est une machine. Et ils se tire la bourre avec un autre africain, Makwala, qui bizarrement a la meilleure performance de l’année sur 200 m. Il y a eu un beau duel entre van Niekerk et Makwala à Monaco qui s’est joué à pas grand-chose sur la fin. Je pense que van Niekerk va courir plus vite à Londres mais le duel va être sympa je pense.
N : – Oui. Makwala, je n’y crois pas trop parce que c’est un athlète qui a l’habitude de faire des gros chronos sur des petites compétitions. Il aura fait le 400 m juste avant, il a une technique de course assez fatigante…
B : – Il est assez excentrique. Ce n’est pas du tout le même personnage que van Niekerk en tout cas
N : – Ah oui. L’an dernier à Rio, il est parti faire des pompes juste après la demi-finale du 400 m. Et il s’est craqué en finale. J’étais assez content parce que ce genre de comportement… En tout cas, sur 200, je pense plus à van Niekerk-De Grasse que Makwala
B : – Makwala peut-être plus sur 400 m pour un podium ?
N : – Oui. Sur 400, il fera un podium, mais sur 200, j’ai du mal à y croire.
B : – Sur 400, je ne vois pas qui peut contester la victoire à van Niekerk…
N : – Il sera largement au-dessus. Il a très peu couru, il sait ce qu’il fait. Non, franchement, aucun souci pour lui pour les championnats du monde d’athlétisme de Londres.
B : – On a fait le sprint, je te laisse choisir deux ou trois épreuves dont tu veux parler, puisqu’on n’aura pas le temps de tout couvrir malheureusement.

Le 110m haies hommes :

N : – Le 110m haies hommes avec McLeod, qui est un pour diamant. C’est un jamaïcain qui domine tout depuis un an, il a fait moins de 10 sur 100 mètres, il a le record du monde dans les jambes… ça va être une grosse course avec Shubenkov, Ortega
B : – Il faut savoir que Shubenkov revient puisque tous les russes ont été suspendus. On ne l’a pas vu dernièrement mais il a un gros potentiel
N : – Il a fait 13’02 sur un meeting, c’est un homme de championnat, très fort techniquement, très régulier. Il y a aussi Merritt, le recordman du monde, qui revient.
B : – Pas mal de monde effectivement. J’ai du mal à parier sur le 110 m haies en raison des impondérables (si tu accroches une haie avec une pointe, c’est terminé) … Ou alors je vais jouer une value à grosse cote.
N : – C’est exactement ça. C’est pareil pour moi, j’ai vraiment du mal à jouer la favori sur les haies…
B : – Un impondérable est vite arrivé ! Alors que d’habitude les impondérables en athlétisme sont rares, à moins de perdre une chaussure ou d’accrocher quelqu’un sur les courses de demi fond et de fond, se prendre la barrière sur le 3000 m steeple… Mais bon, le risque est assez faible, à part sur les relais avec le passage de témoin qui peuvent être compliqués. Mais honnêtement, j’évite de parier sur les haies, à moins de voir une belle value et une belle cote qui a une chance de passer, si le favori tombe par exemple.

Epreuve de la perche :

N : – La perche. Lavillenie n’est pas au mieux. Il a qua même gagné les sept dernières ligues de diamant, il gagne quasiment tous les meetings mais cette année, il n’en a pas gagné un seul, même à Monaco ou on pensait qu’il allait gagner puisqu’il n’y avait pas Kendricks, Il a eu deux blessures cet hiver qui l’ont retardé dans sa préparation, il est papa depuis une dizaine de jours
B : – Il a mal pris les sifflets au Brésil lors des derniers J.O.
N : – C’est vrai que ça lui a fait mal aussi. Il n’est vraiment pas au mieux mentalement. Cela va être intéressant à voir. D’ailleurs il n’est pas le seul puisque le champion olympique Thiago Braz n’a pas fait mieux que 5,60 mètres cette année. Du coup, il y a une renouveau avec Kendricks, qui est très régulier et techniquement vraiment propre et qui a fait 6 mètres cette année. Il est sorti à 1,50 et j’ai vu que la cotre est monté à 1,80 sur des books Arjel, donc à voir…
B : – Et le canadien ?
N : – Shawnacy Barber ?
B : – Oui
N : – Pour lui aussi, c’est compliqué. Il a fait son coming out en début d’année, il est très irrégulier et cette année, il a du passer une fois plus de 5,70 m, donc je n’y crois pas trop.
B : – La perche, j’ai du mal aussi. Il ya des impondérables de temps en temps. Et puis le vent..
N : – C’est vrai. Mais pour moi Kendricks est une valeur sûre. Il fait 5,80 m quasiment à tous les concours
B : – On va suivre ça. Il n’y aura pas beaucoup de français lors de ces championnats du monde
N : – Floria Gueï a annoncé son forfait aujourd’hui.
B : – J’ai vu. Par contre, regardez au décathlon où on a moyen de faire quelque chose d’intéressant avec Mayer.

Pour suivre les pronos de Nico : 

B : –  On pourrait en parler des heures des championnats du monde d’athlétisme mais on est obligé de conclure. Tu peux rappeler l’adresse de ta page Facebook ?
N : – pronos athlétisme 2017 . On est plus de 1100 actuellement
B : – Félicitations ! Vous pouvez allez consulter sa page, il fait de très bonnes analyses et vous pouvez lui faire confiance si vous voulez gagner un peu d’argent sur l’athlétisme. Attention, c’est un sport de niche donc il n’y en aura pas pour tout le monde. Merci Nico d’avoir participé à l’émission. On fera peut-être un petit bilan à la fin de ces championnats du monde, ça peut être intéressant.
N : – Pas de souci. Et il restera encore quelques meetings.

Pour finir : 

Vous voulez apprendre comment prendre vos propres pronos sur l’athlétisme ? N’hésitez pas à rejoindre ma formation. Il faut actuellement s’inscrire sur liste d’attente, mais je vous recontacte dès que quelques places se libèrent.

Vous ne vous y connaissez pas en sports mais vous voulez parier ? Vous pouvez retrouver des tipsters de qualité dans mon club privé et suivre leurs pronos en toute confiance !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires