Découvrez comment le bookmaker utilise le TRJ à vos dépens !

Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un sujet très important pour tout parieur qui veut faire partie des gagnants : comment ne pas se faire “avoir” par les intitulés d’un bookmaker pour bénéficier de la meilleure cote possible ?

Comment le bookmaker utilise le TRJ (taux retour joueur) pour augmenter ses propres profits ?

Certains d’entre vous le savent déjà, je suis un grand fan de cyclisme ! Pour l’occasion, à la veille du départ du Tour de France, je regardais les paris proposés par les différents bookmakers pour chercher un éventuel value bet.

C’est comme ça que m’est venue l’idée de cet article, car en regardant sur bwin.fr, j’ai vu que, comme souvent, ils proposaient deux paris intitulés différemment, mais qui sont pourtant strictement le même pari. La (grande) différence ? La cote !

Un seul bookmaker, un pari identique, deux cotes différentes : comment est-ce possible ?

Je vous met ici les captures d’écran des deux paris pour que vous compreniez bien le principe :

  • Sur le premier pari : “1ère étape : vainqueur de l’étape”, Tony Martin @1.87
  • Sur le second pari : “1ère étape : quel coureur endossera le maillot jaune à l’issue de la 1ère étape ?”, Tony Martin @1.78

Un peu de bon sens et de logique : le vainqueur de la première étape endossera forcément le maillot jaune, ces deux paris portent donc bien exactement sur le même pari !

Pourtant, il y a une différence notable de cote de 0,09 point (environ 10% d’écart de gains), ce qui représente un manque à gagner de 9 euros sur 100 euros misés sur un seul pari !

Imaginez un peu le manque à gagner sur 10 ou 100 paris si vous pariez souvent sur des paris ayant deux intitulés…

Pourquoi le bookmaker propose deux fois le même pari avec deux intitulés différents ?

Un pari identique pour Tony Martin, mais pas pour “un autre concurrent”.

Dans le cas du deuxième pari “Quel coureur endossera le maillot jaune… ?”, un coureur unique est proposé face à une seule autre proposition, “un autre concurrent”.

Tandis que dans le premier pari, plusieurs coureurs “uniques” sont proposés face à plusieurs autres concurrents, dont la proposition “un autre concurrent” comme dans le deuxième pari. Mais cette proposition a en tout logique une cote bien plus élevée dans le premier pari que le second puisque dans le premier pari ça n’englobe que les autres joueurs non cités, tandis que dans le second cas l’expression “un autre” englobe en fait TOUS les autres coureurs !

Par contre, concernant Tony Martin, ça ne devrait absolument rien changer à sa cote de le mettre en opposition à plusieurs autres joueurs séparés, ou à tous les autres dans l’expression “un autre concurrent”, puisque dans les deux cas, il n’y a qu’un seul moyen de gagner le pari : que Tony Martin gagne l’étape !

Pourtant, sur bwin, la cote était différente, mais je vais vous expliquer pourquoi.

Comment expliquer un tel écart de cote, alors que ce même pari est sur un seul bookmaker ?

En vérité, plutôt qu’un “comment ?”, c’est plutôt la suite de la réponse au “pourquoi ?”, puisque si le bookmaker propose le même pari sous deux expressions, c’est avant tout et surtout pour augmenter son profit en augmentant sa marge via le TRJ (taux retour joueur).

Le bookmaker compte sur le fait que les parieurs “non avertis” ne vont pas prêter attention au fait que c’est exactement le même pari qui est proposé, et qu’une bonne partie des parieurs parieront sur le pari avec le TRJ le plus faible, et donc la cote la plus basse, si c’est le pari que le bookmaker a positionné en premier sur la page !

D’accord, mais c’est quoi le TRJ ?

Pour résumer de manière simple : le TRJ (Taux Retour Joueur), c’est la marge du bookmaker.  Autrement dit aussi, c’est la part de l’argent reversé au parieur sur un pari, par rapport à la probabilité qu’a l’évènement de se produire.

Ainsi, si un coureur a 50% de chance de gagner l’étape, et que le TRJ est de 85%, alors sa cote sera de 1,85 au lieu de 2 ! La marge du bookmaker dans cet exemple serait donc de 15% (brute, hors taxes qu’ils reversent directement à l’Etat).

En France, l’Arjel réglemente le TRJ des bookmakers agréés, ils ne peuvent donc pas dépasser le seuil légal maximum de 85% de TRJ. Ce seuil est valable pour l’ensemble des paris sur une période donnée, les bookmakers peuvent donc proposer un TRJ de par exemple 100% ponctuellement, mais en contre partie ils devront réduire le TRJ sous le seuil légal sur d’autres paris. Il n’y a par contre pas de seuil légal minimum !

Bon à savoir sur le TRJ !

Il faut savoir que les bookmakers appliquent toujours un TRJ beaucoup plus faible sur les paris à propositions multiples du type “mi-temps / fin de match”. Je vous déconseille donc de parier sur ce type de pari, au long terme vous ne gagnerez jamais d’argent sur ce type de paris !

Dans notre exemple sur le Tour de France, c’est l’inverse, avec une cote plus haute sur le paris à propositions multiples, mais c’est assez exceptionnel dans ce sens.

Et pour finir : l’optimisation des cotes, la base du parieur sportif !

Il n’y a pas de secret ni de miracle, pour gagner dans les paris sportifs, vous devez absolument optimiser vos cotes, et ça signifie aussi de prêter attention au TRJ des bookmakers, comme dans l’exemple que je vous ai donné aujourd’hui.

N’oubliez pas aussi que sur le même sujet d’optimisation des cotes, j’avais déjà évoqué l’importance d’avoir le maximum de bookmakers ici, ainsi que le manque à gagner (on peut même parler de fossé !) entre les cotes des bookmakers étrangers et les bookmakers français, notamment ici dans l’article sur pinnacle.

A vous de jouer !

Si vous aussi vous voulez faire partie des parieurs gagnants et TOUT savoir sur comment optimiser vos cotes au maximum, vous pouvez rejoindre la communauté de parieurs dans mon club privé pariez-gagnant, vous y apprendrez, entre autre, comment enfin obtenir les meilleures cotes possibles pour enfin faire partie des gagnants !

Et vous, sur quel type de paris avez-vous déjà rencontré ce genre d’écart de cotes pour le même pari ?

Et comme je vous le dis toujours, n’oubliez pas que pour parier gagnant, il faut parier intelligemment !

5 thoughts on “Découvrez comment le bookmaker utilise le TRJ à vos dépens !

  1. Valentin

    Bonsoir tout le monde
    Pour répondre à la question  » Sur quel type de paris avez-vous déjà rencontré ce genre d’écart de cotes pour le même pari ?  » je sais que ça m’arrivait assez souvent sur du live au tennis. Lorsque le joueur A gagne la première manche et que tu veux parier sur le joueur B j’observais généralement deux cotes différentes pour Vainqueur du match : joueur B et Score final (sets) : 1/2 joueur B. Le pari est le même puisque si le joueur B gagne il gagnera forcément 2 sets à 1 et pourtant cette cote était bien souvent plus haute. Je ne sais pas si c’est toujours le cas mais ça m’arrivait quasiment à chaque fois avant !
    Bonne soirée

    Reply
  2. Christopher

    Bonjour,

    Attention quand même et essayons d’être précis, entre une cote de 1.78 et 1.87, il n’y a que 5% et non 10% comme il l’est affirmé dans la vidéo.

    Il était aussi peut être bon de rappeler que le bookmaker à obligation (ARJEL) d’assurer un TRJ MOYEN de 85%. Le terme moyen leur permet d’être plus proche des 75%, 80% pour certains paris et 90% pour des matchs à plus fort enjeux.
    Il jongle effectivement comme ils veulent, donc oui il faut être vigilant.

    Reply
    1. Benoit Post author

      Bonjour!
      En fait il y a bien environ 10% d’écart, puisqu’il s’agit de l’écart de gains et non pas de l’écart de cote.
      Il y a donc seulement 5% d’écart de cote, mais qui représente 10% d’écart de gain !

      Reply
  3. Pingback: Un pronostic sportif gagnant grâce à une analyse en béton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.