Coupe internationales de foot / Coupe Davis / Prono sur la Jupiler League

Dans le programme de l’émission cette semaine : 

  • Un invité nous fait part de son étude pour savoir si c’est un avantage ou non d’accueillir une compétition internationale et si le pays accueillant s’en sort mieux lors du match d’ouverture.
  • Quel prono prendre sur France – Belgique pour la Coupe Davis ?
  • Mon prono sur la Jupiler League (rien d’intéressant en Ligue 1)

Lors du match d’ouverture, faut-il parier sur l’équipe accueillant la compétition internationale ?

technique pour parier sur le footB : Cette semaine, nous avons un invité dans l’émission. Je vous avais dit que vous pouvez m’envoyer des mails si vous voulez parler de différentes choses pendant l’émission. Et le premier, c’est Valentin. Bonjour Valentin !

V : Bonjour à tous

B : Valentin, tu habites en Belgique.

V : Oui, c’est ça.

B : Je connais des gens du côté de Mons… je ne sais pas où tu te trouves.

V : Je suis plus au sud, près de la frontière française.

B : D’accord. Donc tu m’as écrit un mail que j’ai trouvé très intéressant. Tu as fait une étude et vous savez que j’aime bien tout ce qui est stats et peut aider à l’analyse dans les paris. Est-ce que tu peux te présenter un peu avant qu’on parle de ton étude sur les compétitions internationales de football ?

V : En termes de paris, je vais être franc, je suis ce qu’on appelle le parieur lambda. Je ne gagne pas ma vie avec les paris. Je suis un passionné de sport, c’est pour cela que je fais des paris de temps à autre mais sans avoir la prétention d’en vivre.

B : Donc tu as un boulot à côté.

V : Oui, oui, bien sûr.

B : Est-ce que tu peux expliquer aux auditeurs l’étude que tu as faite ?

V : Je me demandais ce que les équipes qui organisent un tournoi international en football, que ce soit Coupe du Monde, Coupe des Confédérations ou coupe continentale font lors du match d’ouverture. Est-ce que c’est un avantage de “recevoir” pour une telle compétition ou pas lors du match d’ouverture ? Je me suis donc penché sur toutes les compétitions internationales sur tous les continents depuis nonante-huit. J’arrive à un échantillon de 66 matchs. Sur celui-ci, 39 équipes ont gagné le premier match, soit 59,09%, 19 équipes ont fait match nul, soit 28,78% et 8 équipes ont perdu, soit 12,12%.

B : C’est ça. Et ta question est de savoir si on peut en tirer quelque chose. Pour les français, “nonante-huit”, c’est 1998.

V : Ah oui, pardon !

B : Je dis ça parce que Pierre-Yves m’a regardé bizarrement

P-Y : Je ne t’ai pas regardé bizarrement, je me suis dit qu’il y allait y avoir besoin d’un interprète

B : 1998 donc. Belle année pour nous Français. Est-ce que 2018 en sera une autre ? ça finit pareil, on verra. En tout cas, ton étude est intéressante parce que cela veut dire que sur les compétitions internationales – Coupe du Monde, Coupe des Confédérations, Copa America…

V : Oui, tous les continents en fait

B : Dans ces compétitions, le pays qui organise fait généralement le match d’ouverture contre une autre équipe de sa poule. Ce que je vois, c’est que l’équipe qui reçoit ne perd ce match que 12,12% du temps. Ce genre de donnée, je la mets dans un fichier pour la consulter le jour où j’en ai besoin – cela va être le cas pour la Russie en match d’ouverture. Attention, l’échantillon est de 66 matchs. Ce n’est pas non plus forcément très représentatif puisqu’on dit qu’il faut 500 matchs pour un échantillon représentatif. Mais si l’équipe qui reçoit perd 12,12% du temps, cela veut dite qu’un pari sur elle en draw no bet ou double chance a de bonnes probabilités de passer. C’est en cela que je trouve ton étude assez intéressante. Est-ce que tu es d’accord avec cette analyse ?

V : Oui, bien sûr. Après, je sais qu’il est un peu trop tôt pour s’en servir, puisqu’on attend déjà le tirage au sort et la composition des effectifs, mais ça peut être intéressant ensuite.

B : C’est ça. C’est comme les “bêtes noires” des équipes. Cela peut être un paramètre de l’analyse mais il ne faut pas baser l’analyse uniquement là-dessus. Par exemple, Marseille n’a encore pas gagné à Bordeaux et ça fait 41 ans que ça dure ! Il ya aussi des paramètres comme cela. Vous faites un analyse pure et dure, avec les paramètres les plus importants (composition d’équipe, fatigue, buts marqués et encaissés à domicile et à l’extérieur, etc.) et en fin d’analyse, ce type de donnée peut venir conforter ou pas votre analyse.

Ce genre de choses est très intéressante. J’avais fait ça pour les under-over – +2,5 buts – lors des matchs de barrage pour la Coupe du Monde. Il y a des choses à retirer de tout cela et c’est intéressant. Si on met tous nos forces, nos connaissances et nos différents travaux en commun, on peut sortir quelque chose de très intéressant. C’est pour cela que je trouve l’étude de Valentin très sympa et que je voulais que tu passes à l’antenne. Si tu as d’autres travaux, n’hésite pas. Je sais que cela, je vais le noter et on en verra après le tirage au sort le 1er décembre. Les bookmakers sortiront les cotes peu de temps après le tirage au sort et on pourra en parler.

P-Y : Les pays organisateurs sont en général des pays qui sont déjà bien dotés sur le plan football, comme par exemple la Corée du Sud et le Japon en 2002. Depuis 1998, il n’y a pas eu de “mauvais” pays organisateur.

V : Justement, je n’ai pas pris que les coupes du Monde. Dans les coupes continentales, ce sont des pays nettement plus “petits” qui organisaient

P-Y : Et tu as ajouté la Coupe des Confédérations aussi ?

V : Oui, aussi.

B: C’est ça qui est intéressant. Après, tu m’as titillé. Je n’ai pas regardé en détails mais je veux aller voir qui sont ces 8 équipes qui ont perdu.

V : Il y a par exemple le Portugal en 2004, qui partait pourtant favori mais qui a perdu contre la Grèce en match d’ouverture.

B: Intéressant. On retrouve la Grèce comme cela de temps en temps. Ils peuvent faire des exploits mais aussi se prendre des branlées comme récemment contre la Croatie. Ce qui m’intéresserait aussi, ce serait les statistiques du match – mais c’est ancien donc pas sûr que je trouve. Est-ce que le Portugal a dominé toute la partie ? Est-ce que la Grèce a eu un tir et a marqué ? En tout cas, merci Valentin d’avoir apporté ta pierre à l’édifice. Et si tu veux refaire des études comme celle-là, il n’y a pas de souci, on en est friand. C’est super intéressant de voir ce qu’il va se passer.

V : Merci à vous

Un point sur la Coupe Davis : quel prono sur France – Belgique ?

paris-sportif-tennisP-Y : Valentin, tu n’as pas fait cette étude sur les Coupe Davis ?

 V : Non

 P-Y : Sur les résultats du pays organisateur en finale ?

B : En plus, c’est France-Belgique, attention ! En même temps, vous avez Goffin qui est en feu en ce moment…

V : Oui, en fonction de sa récupération du Masters

B : Oui, j’allais dire : si son genou tient. Mais ça peut être intéressant. Darcis aussi est capable de sortir de gros matchs. On va en reparler mais cette confrontation France-Belgique va être sympa à suivre ce week-end. Valentin, merci en tout cas et je t’enverrai un mail après le tirage au sort de la coupe du monde et on pourra parler de la Russie.

P-Y : Merci Valentin

V : Merci à vous de m’avoir écouté. Au-revoir.

B : Au-revoir

P-Y : Valentin nous a fait la transition pour passer au sujet de la semaine : la Coupe Davis. C’est un de ces week-end qui ont une odeur particulière. Ça me rappelle 1991 et Yannick Noah à Lyon. Ça me rappelle aussi 2002 et la finale perdue contre la Russie. Ce week-end de 2017, que va-t-il nous réserver ? La France contre la Belgique, en termes de pari, ce n’est pas fastoche. Sur les évènements comme ça, c’est difficile de se dire qu’on ne va pas parier sur l’équipe de France.

B : C’est en France, on reçoit, donc forcément beaucoup de français vont jouer sur l’équipe de France, ça c’est sûr. Quand tu regardes un peu les compos des équipes : Noah a sélectionné Tsonga-Pouille pour les simples et Herbert-Mahut pour le double, même s’il se murmure que ce serait plutôt Benneteau, qui a fait un tournoi de Paris de fou. Le “vieux” Benneteau, c’est censé être sa dernière saison mais il est en forme donc il faut voir. En face, si je vous demande de citer un joueur belge…

P-Y : À part Goffin…

B : À part Goffin. Si vous n’êtes pas spécialiste, je ne crois pas que vous pouvez donner les autres. Mais Steve Darcis est capable de faire des perfs.

P-Y : Il est même sur une très bonne série en Coupe Davis. Il a remporté ses quatre derniers duels en simple. Dont celui contre l’Australie en demi-finales.

B : Ce n’est pas rien ! Et c’est pour ça que je dis que cela peut être serré. Les bookmakers ont mis 1,25 pour la France et 4 la Belgique mais bon… Je ne vous cache pas que pour moi, peu importe puisque j’avais pris la France et la Belgique il y a belle lurette donc quoiqu’il arrive, je gagne un peu d’argent. Je préfèrerais quand même la Belgique – je ne parie pas avec le cœur – parce que cela me rapporterait plus d’argent. Et c’est possible, parce que Goffin est capable de battre Tsonga et Pouille, même s’il y a une petite interrogation sur son genou. Il a quand même battu Federer il y a quelques jours et il a bien tenu contre Dimitrov, qui est un “petit” Federer et qui peut atteindre le Top 3 mondial s’il prend confiance. Il y a des “si” bien sûr, mais si Goffin prend ses deux points contre Tsonga et Pouille, ça va devenir super intéressant. Autant le double, je pense que la Belgique va perdre, autant Darcis contre Pouille, ça peut être très serré. Pour moi, ça va être très serré et une des deux équipes va gagner 3-2.

Le cœur, comme je l’ai dit, tu ne peux pas l’incorporer dans quelque chose comme cela. Oui, moi aussi je voudrais que la France gagne. Ça fait un moment qu’on tourne autour…

P-Y : La dernière date de 2001

B : C’est ça. Avec la symbolique de Noah qui est là. Franchement, oui, j’ai envie que mon pays gagne. Mais ce n’est pas parce que j’en ai envie qu’ils vont le faire, c’est toujours pareil. En tout cas, une confrontation vraiment très intéressante à suivre ce week-end. Nos voisins belges sont capables de venir nous taper à la maison. C’est pourtant un petit pays la Belgique mais même au foot, ils sont aussi forts que nous, si ce n’est plus. Cette finale est diffusée en clair en plus, ce qui n’est pas le cas de toutes les compétitions.

P-Y : Il y a 2 matchs le vendredi, un match le samedi

B : C’est ça. Le double le samedi et les deux autres simples le dimanche s’il y a besoin.

P-Y : Ça ne va pas être un “sweep”, comme on dit en basket

B : S’il y a un “sweep”, je le vois plutôt du côté français. C’est possible mais j’ai du mal à l’envisager sur ce match là.

P-Y : Autre chose intéressante, c’est côté “série”. La France est sur trois finales perdues : 2002, 2010 et 2014. La Belgique elle, va jouer sa deuxième finale. Elle a perdu la première. Comment tu abordes ces séries dans tes paris ?

B : Déjà, il y a une des deux séries qui va se finir, puisqu’il y aura un gagnant ! La loi des séries, en sport… Comme je l’ai dit tout à l’heure, Marseille n’a pas gagné à Bordeaux depuis 40 ans. Cette série va s’arrêter un jour mais elle dure. Quand s’arrêtera-t-elle ? Je n’en sais rien, je n’ai pas de boule de cristal. Pour la Coupe Davis, est-ce que c’est la série de quatre revers consécutifs de la France qui va s’arrêter ? C’est possible. C’est ça la beauté du sport. Je vois des parieurs qui disent qu’un série va s’arrêter, que c’est impossible qu’elle dure encore mais si tu n’argumentes pas… Je pense qu’il faut faire abstraction des séries. Les séries sont faites pour s’interrompre. Tu peux l’incorporer dans ton analyse pour confirmer ton point de vue mais il ne faut surtout pas prendre un pari juste parce qu’on pense qu’une série va se terminer. S’il n’y a rien derrière, si vous n’arrivez pas à convaincre quelqu’un, laissez tomber et gardez plutôt votre argent.

P-Y : Pour conclure sur cette Coupe Davis, quels sont les paris à prendre ?

B : Qui va gagner la compétition. La cote est autour de 1,20 pour la France et 3,50 pour la Belgique. Et vous pouvez aussi parier sur les différents matchs, comme pour un tournoi classique. Je n’ai pas les cotes sous les yeux.

P-Y : Merci Benoît. On va clore cette partie Coupe Davis pour revenir sur le foot pour terminer cette émission

Un point sur la Ligue 1

P-Y : On termine avec un petit point sur la Ligue 1 – voire ailleurs, nous verrons. Benoît, tu n’es pas convaincu par cette journée. Il n’y a rien qui te fait rêver, rien qui te tente.

B : C’est ça. Petite parenthèse : je ne fais pas de pari sur la Ligue 1 mais sur un autre championnat vu qu’on nous reproche de ne parler que du championnat de France. Non, il n’y a rien qui me fait “sauter au plafond” sur cette journée de Ligue 1. Je le répète, la Coupe d’Europe a repris, certaines équipes la jouent, d’autres non et il faut faire attention à tout cela.

Après, il y a Monaco-PSG. Si c’est le Monaco qui a joué contre Leipzig, on peut mettre un joli billet sur le PSG. Mais attention, je pense qu’ils vont vouloir démontrer que ce n’était pas leur niveau et vont se sortir les doigts. Vasilyev a poussé sa gueulante. Est-ce que ça les aura piqué au vif ? Je ne les vois pas battre le PSG mais ils sont capables de prendre le point du match nul.

Nice-Lyon : les cotes sont serrées, les deux clubs jouent en Europa League…

P-Y : On parait de série tout à l’heure. Et Lyon est sur une très belle série de 7 matchs sans défaite.

B : Par exemple. Est-ce qu’elle va s’arrêter ? Tiens, tu me parlais l’émission d’avant d’Angers…

P-Y : Angers a concrétisé ses efforts en obtenant un nul à Guingamp le week-end dernier.

B : Ils n’ont pas perdu cette année à l’extérieur. Est-ce que ça va s’arrêter à Troyes ?

P-Y : Troyes, c’est pas fou non plus…

B : Non, mais Troyes est quand même 14e. Angers est 16e. Il y a un point d’écart entre les deux. Ça se vaut et d’ailleurs cela se voit dans les cotes.

Lille et Bielsa sur courant alternatif, je ne sais pas trop quoi en penser. Ils font un bon match contre Saint-Étienne, ils perdent 3-0 à Amiens…

Metz-Amiens : c’est déjà le match de la dernière chance pour Metz. Obligation de gagner, mais vont-ils le faire ? Un petit draw no bet sur Metz à une cote de 1,60, pourquoi pas ? Mais Metz, c’est tellement faible… Metz a 4 points alors que Lille le 19e en a 12. Impossible de faire confiance à une équipe qui a 4 points.

Dijon-Toulouse, c’est serré.

Caen-Bordeaux, je ne vois rien comme scénario de match.

Rennes-Nantes : Rennes est favori mais de quoi Lamouchi est-il capable avec cette équipe ?

P-Y : Le point positif pour les Rennais, c’est que c’est un derby. Le dernier derby contre Guingamp s’est mal passé, ils auront peut-être envie de se racheter.

B : Tu veux te racheter, c’est bien. Mais est-ce que tu vas le faire ? Aucune équipe ne veut descendre en Ligue 2. Pourtant il y en a toujours trois qui descendent tous les ans. Je n’ai absolument rien contre Rennes, au contraire. Je voudrais que les clubs bretons soient 1, 2, 3 et 4 mais voilà. Nantes a des bases solides, ils sont 5e. À Rennes, Gourcuff est parti et j’avoue que je ne sais pas ce que Lamouchi va réussir à faire avec cette équipe. Ça peut être catastrophique, personne ne le sait. Je leur souhaite le meilleur match possible.

Saint-Étienne à 1,91 contre Strasbourg. Vous savez ce que je pense de Saint-Étienne. Jamais de la vie je ne prendrai ce pari même si Strasbourg ce n’est pas génial non plus.

P-Y : Quel entraîneur sera sur le banc de Saint-Étienne ?

B : Ah oui, Sablé n’a pas les diplômes. Mais qui dirige Saint-Étienne ? S’il y a des supporters des verts, expliquez-moi, je ne comprends pas comment votre club fonctionne. C’est un mystère. Tu mets un entraîneur qui n’a pas de diplômes, donc c’est 15 000 ou 25 000 € d’amende à chaque match !

P-Y : 100 000 € par mois

B : Il faut arrêter, c’est un puits sans fond… Il y a des choses que je ne comprends pas dans le foot, ce n’est pas prêt de changer je pense.

P-Y : Du coup pour cette Ligue 1, il n’y a rien. En Ligue 2, on a regardé rapidement et…

B : En “off”, Pierre-Yves me dit : “Brest ne va pas perdre ce match” mais Brest sur les trois derniers matchs à domicile, c’est 2 nuls et 1 défaite, donc franchement… Oui, Brest en draw no bet, ce n’est pas mal à une cote de 1,6 mais…

P-Y : …si on regarde le classement de Brest à domicile…

B : C’est pour ça ! Brest est 3e à l’extérieur mais 18e à la maison ! Donc on passe, on va chercher autre chose.

Parlons un peu pronos foot sur la Jupiler League !

parier sur le foot paris sportifsP-Y : Et tu nous amènes dans la Jupiler League !

B : Voilà. Pour nous bretons, le nom “Jupiler League”, on aime bien.

P-Y : Ah non, on va encore avoir des commentaires disant qu’on est bourrés. Mais non !

B : On ne nous voit pas à l’écran, c’est pas grave ! Donc je suis allé voir en Belgique – merci à Jonathan “Zenwin” qui m’avait déjà signalé que Zulte-Waregem a toujours du mal en championnat après ses matchs d’Europa League, à tel point qu’ils n’arrivent pas à en gagner un. C’est très compliqué pour eux. Ne me demandez pas pourquoi. Défaite à Ostende 4-2, défaite 5-2 à domicile contre Waasland-Beveren, défaite 3-1 à domicile contre Lokeren. Et tout ça après des matchs de Coupe d’Europe. C’est assez hallucinant. On ne comprend pas trop pourquoi. Ils sont gagné une seule fois en début de saison mais l’équipe adverse avait pris un carton rouge.

Et ce week-end, ils vont jouer à Bruges. Vous allez me dire, c’est pas folichon. La cote de Bruges est autour de 1,40 et mois je vous dis de la prendre. Pourquoi ? Parce que Bruges ne fait pas la Coupe d’Europe, donc Bruges a l’avantage niveau fraîcheur. Et Zulte-Waregem se déplace en Europa League à Nice où ils doivent absolument gagner pour rester en lice. Donc ils vont se donner à fond. Enfin, Bruges à domicile cette année, c’est 7 victoires en 7 matchs. Je ne vois pas comment Zulte-Waregem peut ramener quelque chose de Bruges. Ce n’est pas forcément le pari du siècle mais avec tout ce que je viens de vous dire, difficile de ne pas voir Bruges gagner ce match. Un Bruges -1 peut aussi être intéressant pour monter un peu la cote. Cela veut dire que si Bruges gagne d’un seul but, vous êtes remboursés. Je pense que Jonathan “Zenwin” sera d’accord avec moi. Voilà.

 

Conclusion

P-Y : Merci Benoît pour cette émission ! On donne rendez-vous aux auditeurs la semaine prochaine

B : Tout à fait. En espérant que ce soit filmé cette fois-ci

P-Y : Et on s’excuse pour avoir dit la semaine dernière que les Pays-Bas n’avaient pas participé à la Coupe du Monde 1994.

B : Ah oui ! C’était toi ça, donc débrouille toi !

P-Y : Pardon, pardon, je ne sais pas ce qui m’a pris !

B : Le puits de science du sport a bloqué. Ça arrive. Merci de nous avoir corrigés. Et justement, mettez des commentaires et partagez si vous aimez. On essaie de passer un bon moment ensemble. Si vous voulez passer à l’antenne pour aborder un sujet dont vous voulez parler, comme Valentin, aujourd’hui, n’hésitez pas.

P-Y : Allez, merci Benoît et à très bientôt !

B : Merci à tous et au-revoir !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *