Parier sur la Jupiler League : championnat de foot Belge.

Au programme de l’émission du jour, nous allons parler de la Jupiler League, championnat Belge de football avec Jonathan alias Zenwyn dans le Club. Pour tout dire, j’ai fait récemment un tour dans le nord de la France et en Belgique. J’ai rencontré Jonathan qui habite près de Mons à cette occasion et j’ai pu voir que c’était un passionné.

Zenwyn, son histoire de parieur sportif

Benoit : Bonjour Jonathan. Merci d’avoir accepté l’invitation pour venir nous parler de football belge et de la “Jupiler League”. En France, on n’aurait pas le droit de donner le nom d’une bière à un championnat ! Peux-tu présenter et nous décrire ton parcours dans le pari sportif ?

Jonathan : Je fais du football depuis tout petit en amateur, j’adore ce sport et naturellement, je suis venu au pari sportif mais au début, vraiment comme quelqu’un qui met un billet de 50 euros de temps en temps, rien de bien sérieux

Benoit : Tu as donc commencé comme 95% des gens

Jonathan : Voilà. Je pariais avec les copains, on s’amusait à faire deux ou trois petits paris par ci par là. Et puis j’ai eu cette envie de devenir un peu plus sérieux et de voir si mes connaissances, ma passion du football et toutes les informations à ma disposition me permettaient de gagner de l’argent. C’est comme cela que je suis tombé sur tes vidéos et… me voilà !

Benoit : Tu as une équipe de cœur dans le football belge ou non ?

Jonathan : Non, pas du tout. Mon équipe préférée est Manchester United donc absolument rien à voir.

Fonctionnement de la Jupiler League, le championnat de Belgique

Benoit : Pourrais-tu nous expliquer les particularités de la Jupiler League. Les fins de saison ne ressemblent pas du tout au championnat de France par exemple…

Jonathan : Non, pas du tout. C’est une invention de la fédération, une histoire belge, pour rendre le championnat plus attrayant en séparant le championnat en différents groupes : les meilleurs avec les meilleurs, les moins bons avec les moins bons et les vraiment nuls avec les vraiment nuls ! En réunissant les meilleurs, ce qui était l’objectif numéro un et avoué de la fédération, ça donnait plus d’affiches – Standard liège-Anderlecht, Bruges-Genk etc.– donc plus de gens dans les stades et donc plus de revenus avec les droits TV. Cette formule a ses détracteurs et d’autres qui l’apprécient.

Benoit : Comme cela marche exactement ? Les six meilleurs équipes font un mini-championnat entre elles à la fin ?

Jonathan : Exactement. Après 30 journées de phase classique, on réunit les six meilleurs, on divise leurs points en deux et c’est reparti pour dix journées entre ces équipes là. À la fin, est champion celui qui a gagné le plus de points.

Benoit : C’est tiré par les cheveux !

Jonathan : Totalement. C’est pour ça que cette formule a beaucoup de détracteurs. Imagine une équipe qui fait une saison d’enfer, qui sur les 30 premières journées a récolté septante points sur nonante, d’un seul coup on divise par deux, donc 35 points. Que ça leur plaise ou pas !

Benoit : Et pendant ces play-off, c’est toujours le même nombre de points pour une victoire ou un match nul, ça ne change pas ?

Jonathan : Non, ça ne change pas : 3 points en cas de victoire, 1 point pour un match nul et zéro en cas de défaite. Je me souviens d’une saison où le Standard de Liège a été champion après une phase classique de championnat épouvantable mais en faisant 8 victoires, 1 nul et 1 défaite sur les 10 matchs de play-off…

Benoit : Donc si je calcule bien, il faut 40 matchs pour être champion de la Jupiler League, 30 de championnat normal et 10 de play-off, c’est beaucoup !

Jonathan : Ah c’est du costaud !

Benoit : Et il y a des coupes aussi comme la coupe de Belgique ?

Jonathan : Oui. Il y a la coupe nationale et les compétitions européennes. Donc si tu n’as pas un gros effectif ou si tu as des blessures, tu es mal.

Benoit : Je comprends mieux pourquoi les clubs belges peuvent avoir du mal en coupe d’Europe, même s’il y a aussi la question du budget…

Jonathan : C’est ça ! En Belgique, on a toutes les peines du monde à faire de bons résultats en Europe pour différentes raisons. Déjà, il y a peu de clubs qualifiés directement pour les compétitions européennes. Le champion (Bruges) a été qualifié directement cette année grâce aux résultats de l’équipe nationale ces dernières temps mais avant, il devait passer par les tours préliminaires de la Ligue des Champions pour se qualifier pour les phases de poules. C’est donc déjà un parcours du combattant incroyable pour y arriver. Et ensuite, il faut assumer le championnat, la coupe nationales et l’Europe. Tous nos clubs n’ont pas l’effectif pour un tel calendrier.

Benoit :  Si ça peut te rassurer, ce sera la même galère pour la Belgique et la France vu que les quatre gros championnats vont avoir des places réservées. Il va falloir se battre pour être le quatrième championnat en Europe à l’indice UEFA et éviter le tour préliminaire– j’en reparlerai dans une prochaine émission. En France, on va essayer de se bagarrer avec l’Italie et le Portugal …

Jonathan : Ça ne va pas être évident, c’est sûr. C’était déjà difficile et il faudra voir quelle suite va être donné à cette histoire mais ça être encore plus compliqué à mon avis

Benoit :  On est bien d’accord. Pour revenir à la Jupiler League, une seule équipe descend, c’est bien ça ?  Donc en deuxième division belge, la bataille doit être rude s’il n’y a qu’une équipe qui monte

Jonathan : Dans la Jupiler League, il y a une seule équipe qui monte, une seule qui descend, oui. En D2, ça se joue en général dans les dernières journées, le champion ne l’est jamais 5 ou 6 journées avant la fin

Benoit : Ça me fait un peu penser à une ligue fermée en fait. Une équipe en Jupiler League a très peu de chances de descendre – une chance sur 16, c’est très peu

Jonathan : Il faut vraiment être très mauvais, oui ! Je vais aller loin mais il faut quasiment le vouloir pour descendre ! Rien qu’en France, il y a trois équipes qui descendent si je ne me trompe pas

Benoit : Cela a changé cette année. On a plus ou moins copié le modèle allemand : 2 équipes descendront directement et il y aura un match de barrage aller-retour entre le 18e de Ligue 1 et le 3e de Ligue 2. D’un autre côté, il y a aussi 18 équipes en France contre 16 en Belgique…

Analyse des résultats de la Jupiler League pour ce début de saison

Benoit : Entrons dans le vif du sujet. Sachant qu’il y a eu 7 journées de championnat. Zulte Waregem est en tête avec 1 point d’avance sur Anderlecht – à la surprise générale peut-être – puis suivent Ostende, La Gantoise, le Standard de Liège, Malines, Charleroi, Courtrai qui se tiennent tous en un point ou deux.  Et Bruges est seulement 9e avec un début de saison un peu poussif.

Jonathan : Effectivement, c’est une mauvais surprise !

Benoit : Enfin, Westerlo est aujourd’hui dans la charrette et déjà décroché. Ils ont encaissé 20 buts et en ont marqué 8 !

Jonathan : C’est une catastrophe ! (rires)

Les favoris de la Jupiler League en ce début de saison

jupiler-league-classement

Benoit :  Anderlecht tient son rang mais c’est Zulte Waregem qui est en tête pour l’instant… qu’est ce que tu peux nous dire sur ce début de saison ?

Jonathan : Tous les grands clubs ont un point commun : ils ont tous démarré très doucement. Cela peut s’expliquer par plusieurs facteurs. Notamment parce qu’en Belgique, dès qu’il y a un bon joueur, les clubs étrangers nous le prennent

Benoit : Un peu comme chez nous

Jonathan : Oui, on est un peu des championnats des seconde zone, on ne va pas se voiler la face. Les joueurs n’ont pas la volonté de rester plusieurs années, le championnat belge est plus un tremplin pour aller dans un championnat plus huppé. Et donc comme chaque année, beaucoup de grands clubs ont perdu leurs grands joueurs. Seulement ce n’est pas le tout de les vendre, il faut aussi les remplacer. En plus le championnat belge a commencé fin juillet alors que le mercato s’est terminé le 31 août à minuit donc il y a eu beaucoup d’allées et venues et des effectifs qui bougeaient dans tous les sens. C’était très difficile pour les entraineurs.

Je vais prendre l’exemple de Steven Defour, un international que Wilmots avait exclu mais apparemment le nouveau sélectionneur lui fait confiance puisqu’il était dans le groupe pour aller à Chypre. Deux heures avant le match, l’entraineur d’Anderlecht était persuadé de pouvoir compter sur lui mais il a finalement était transféré en Angleterre ! Et ça a été la même chose pour beaucoup de clubs. Maintenant les choses se stabilisent et je pense qu’on va voir progressivement les grands clubs retrouver leur niveau et les choses rentrer dans l’ordre assez rapidement.

Benoit : Quelle est la dernière grosse surprise – le “Leicester belge” ?

Jonathan : Un champion surprise ? Franchement, on retrouve toujours les mêmes. Il faudrait remonter vraiment très loin peut-être.

Benoit : Le FC Malines en 1988-1989 ?

Jonathan : Ça doit être ça, oui. D’ailleurs je crois qu’ils ont fait bonne figure l’année d’après en Coupe des Coupes. Mais il faut remonter jusque là donc tu vois à quel point la logique est souvent respectée en Belgique.

Benoit : C’est une bonne chose quand on est parieur ça ! Et en même temps, quand il y a une surprise, la cote doit être belle ! Comme Leicester qui était à 5000

Les outsiders de la Jupiler League :

Benoit : Et aux niveaux des outsiders ? Est-ce que tu voyais Zulte Waregem – je ne sais même pas où ça se situe en Belgique – faire un aussi bon départ par exemple ?

Jonathan  : Aussi bon peut être pas mais finalement, quand on analyse bien, ce n’est pas vraiment une surprise sur le fond. C’est un groupe qui était très solide l’an passé, ils ont fini dans le Top 6 donc dans le play-off 1, ils ont gardé tous leurs bons éléments et ils ont recruté des joueurs de qualité qui apportent une plus-value.

Benoit : D’accord. Juste une question à titre personnel, parce que j’accorde aussi de l’importance à cela pour mes paris long-terme : quel club a le meilleur centre de formation en Belgique ?

Jonathan : Je dirais Anderlecht sans trop hésiter. Ici, des parents qui ont un jeune avec du talent pensent automatiquement à Anderlecht.

Benoit : ah tiens, je viens de regarder : Zulte Waregem n’est pas si loin de chez toi

Jonathan : C’est du côté Flandrien (pour rappel la Belgique est divisée entre Wallonie et Flandres) mais je vais pas m’avancer davantage parce que je ne suis pas si sûr que cela que ce soit proche de chez moi

Benoit : En fait, je viens de me rendre compte que la grande majorité des clubs belges sont au nord du pays

Jonathan : C’est plus riche en Flandres. Je parlais d’Anderlecht à propos des centres de formation or Anderlecht est un club Bruxellois, la troisième région de Belgique. Mais ensuite, on pense immédiatement aux clubs de Flandres, pas à la Wallonie où il n’y a pas grand-chose. Par exemple, le club de Mons qui était en D1 il n’y a pas si longtemps a du mettre la clé sous le paillasson comme on dit faute de moyens. Il n’y a plus de club, le stade est à l’abandon…

Qui va descendre en D2 ?

Benoit : Et pour la 16e place de la Jupiler League et la charrette, Westerloo y va tout droit ?

Jonathan : À mon grand regret je pense que oui. Je dis ça parce que j’ai pris un PLT sur la descente d’Eupen mais je pense que je me suis un peu précipité. Parce qu’en voyant jouer Westerloo… ! Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 20 buts encaissés en 7 rencontres, comment faire de pire sincèrement ? Eupen est à 15 buts encaissés mais… (rires)

Benoit : Et il doit être impossible de se couvrir sur Westerloo

Jonathan : Non, on ne peut pas. Westerloo est le grand favori des bookmakers pour la descente donc il n’y a rien à arbitrer. Soit ça évolue dans l’autre sens et j’ai encore une chance d’arbitrer en cours de saison, soit ils continuent d’encaisser 3 buts en moyenne par match et ils seront relégués avant même la 25e journée…

Le classement du meilleur buteur de la Jupiler League : 

Benoit : Un petit mot sur les buteurs ?

Jonathan : Pour le moment, il y a Idriss Saadi de Courtrai. C’est un nouveau venu dans cette équipe joueuse qui pratique un beau football donc c’est assez logique, même si je ne pense pas qu’il finisse meilleur buteur sur la saison. Je me suis positionné sur Jérémy Perbet comme meilleur buteur de la Jupiler League – qu’on appelle le Taureau d’Or en Belgique. Sa cote est à 4,20 si je me souviens bien. Il est français d’ailleurs, tu le connais peut-être ?

Benoit : Non justement ! Il y a beaucoup de français qui vont jouer en Belgique dont je n’ai jamais entendu parler !

Jonathan : Il a terminé meilleur buteur l’année passée mais il faut savoir qu’il a une carrière assez atypique. Jusque là, il a toujours joué dans des clubs de seconde zone en Belgique alors que pour moi il a clairement le talent pour jouer dans des clubs plus huppés. Même s’il a 31 ans, il joue enfin cette saison dans un club à la hauteur de son talent. Donc je me dis que puisqu’il a fini meilleur buteur dans un club de seconde zone où il était servi plus ou moins correctement, qu’il lui faut 2 ou 3 occasions pour en mettre un, il devrait y avoir quelque chose à faire là-dessus

Benoit : Il jouerait au PSG plutôt que dans la Jupiler League, il marquerait 30 buts par saison ?

Jonathan : Peut-être. Comme je te le dis, c’est quelqu’un qui a l’habitude d’être servi dans des conditions qui ne sont pas toujours idéales donc logiquement… Mais il n’est pas le seul, il y a beaucoup de joueurs de qualité dans notre championnat. Anderlecht a fait un mercato du tonnerre avec Stanciu, la pépite roumaine à 10 millions d’euros qui devrait faire très mal et Teodorczyk, un géant polonais de 1,90 mètres, qui a déjà marqué 7 buts toutes compétitions confondues… Il y a de la compétition pour le classement des buteurs cette année

Benoit : Au juste, le classement du meilleur buteur est fait sur les 40 matchs ?

Jonathan : Oui, ce n’est pas divisé ça ! (rires)

Benoit : Je demande cela parce que c’est important pour un pari long-terme de savoir si les play-off sont inclus ou pas

Jonathan : Clairement, tu as raison de le préciser.

Benoit : J’ai regardé avant l’émission et il y a 3 buteurs avec des cotes de 5 : Perbet, Saadi et Teodorczyk. En France, la cote de Cavani comme meilleur buteur est passée à 1,80. Chez vous, c’est encore très indécis ! Mais la saison ne fait que commencer.

Jonathan : Tout à fait. Mais à mon avis, ça va batailler !

Bruges en Ligue des Champions

Benoit : Pour terminer, parlons de la Ligue des Champions. Qu’est ce que Bruges peut faire ?

Jonathan : Je ne vais pas pouvoir être très objectif parce que mon cœur s’emmêle ! La Ligue des Champions, on n’y est pas souvent donc quand on y est, on a envie que nos clubs fassent quelque chose. Mais si on se base sur le premier match – Bruges-Leicester 0-3…

Benoit : Peut-être la troisième place pour être reversé en UEFA ?

Jonathan : Peut-être la troisième place. Porto, c’est injouable à mon avis mais Copenhague, on doit rivaliser et arracher cette troisième place pour continuer en Europa League. Mais accrocher une des deux premières places, avec ce début là en plus, je n’y crois pas. Le pire, c’est que Leicester n’a pas été impressionnant mais Bruges n’a pas été lui-même en offrant les 3 buts sur 3 erreurs. A ce niveau là, ce n’est pas possible !

Benoit : Je voulais parler aussi un peu de Wilmots. Tu m’avais dit quand on s’est vu qu’il allait se lâcher dans la presse, il l’a fait !

Jonathan : Et tout le monde en a pris pour son grade : les joueurs, les journalistes, tout le monde !

Benoit : Il y a en particulier une phrase que j’ai retenu : “si un étranger avait fait ce que j’ai fait, il aurait été considéré comme un dieu” ! Il n’a pas le melon ! (rires)

Jonathan : À peine ! C’est du Wilmots dans toute sa splendeur ! Aucune belge ne sera étonné par ses déclarations. Il s’en est aussi pris à Thierry Henry aussi en disant que concilier le métier d’entraîneur et de consultant sportif était de l’amateurisme…

Analyses des matchs à venir ce week-end en Jupiler League

jupiler-league-calendrier

Benoit : Pour conclure, as-tu un petit conseil sur les matchs du week-end ?

Jonathan : Je posterai une analyse pour le Club (cliquez ici pour intégrer le club et découvrir les analyses et prono de Jonathan) mais il y a quelques matchs intéressants, comme le très déséquilibré Anderlecht-Westerloo dimanche. On risque d’assister à un carton ! En plus les bookmakers mettent Anderlecht à 1,20 en victoire sèche. C’est une value complète

Benoit : Pour ceux qui ne le savent pas, une value est une cote un peu mal placée. Dans ce cas, la cote devrait être moindre. Une cote de 1,20 dans un combiné, ça peut donc être intéressant. Sinon, j’ai vu que Bruges se déplace à Mouscron…

Jonathan : C’est le genre de match auquel je ne toucherais pas. Tout simplement parce que Bruges n’est pas lui-même actuellement. La cote semble intéressante, autour de 1,55-1,80 et je suis sûr que beaucoup de gens vont se jeter dessus. Ils peuvent gagner bien sûr, mais pour moi il n’y a aucune value là-dedans dans l’état actuel des choses

Benoit : J’ai aussi repéré un choc des meilleurs défenses : Malines-Zulte, avec 4 et 5 buts encaissés

Jonathan : C’est pour moi le gros match du week-end. Avec l’avantage à Zulte. Leur classement n’est pas usurpé, ils ont 5 victoires 1 nul et 1 défaite donc ils sont favoris. Et les bookmakers leur donnent une cote qui permet de se protéger donc je vais clairement me positionner sur ce match là.

Benoit : Un parieur débutant, dans une confrontation entre les meilleurs défenses, irait vers le moins 2,5 buts. Mais c’est un peu léger comme analyse. Tu verrais quoi ?

Jonathan : Je ne suis pas trop fan des under et over, ce n’est pas du tout mon domaine…

Benoit : Oui, toi tu es plutôt handicap asiatique. On pourrait d’ailleurs faire une émission sur la Belgique parce que vous n’avez pas du tout les mêmes contraintes qu’en France donc tu peux jouer sur les handicaps asiatiques que nous n’avons pas forcément. En tout cas, on peut retrouver toutes tes analyses dans le Club et pour l’instant tu fais un début de saison très correct et tu as les encouragements du jury !

Jonathan : Merci beaucoup, c’est gentil. Même si le week-end passé n’a pas répondu à mes attentes…

Benoit : Tu ne peux pas être bénéficiaire tous les week-end, on le sait, c’est normal. Merci d’avoir accepté l’invitation à participer à cette émission. Je pense qu’on refera un point dans la saison pour voir où en est le championnat : si Westerloo est toujours à la ramasse, si Zulte a tenu et si Bruges revient… C’est toujours intéressant d’avoir un connaisseur en football belge

Jonathan : Avec plaisir !

La semaine prochaine

Je suis désolé, il n’y aura pas d’émission la semaine prochaine, je prends quelques jours de repos donc je vous donne rendez-vous dans deux semaines ! En attendant, vous pouvez retrouver les analyses et pronos de Jonathan ainsi que mes paris long terme dans le club en cliquant ici.
Vous pouvez également découvrir mes conseils pour bien choisir le tipster dont vous allez prendre les paris ainsi que les critères que j’analyse avant de prendre un pari dans mon livre Paris Sportifs : Comment vaincre la chance !

Et si vous pariez n’oubliez pas que pour parier gagnant, il faut savoir parier intelligemment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.