Stop au vol ! Comment récupérer ses gains suite à un ticket annulé par un bookmaker ?

Aujourd’hui, je reçois un invité spécial pour parler d’un sujet très très intéressant :  comment se faire payer ses gains de tickets annulés par les bookmakers. Il est expert en la matière, cadre juridique Arjel. Il n’y a aucun secret pour lui dans la loi. Ses conseils peuvent vous permettrent de gagner pas mal d’argent ! En tout cas pour moi, c’est une info qui vaut de l’or !

Quel pari sur Real-Juventus ?

Avant de commencer, un mot sur Real-Juve. Je vais regarder ça tranquillement avec des potes dans mon canapé. C’est un match assez équilibré, la Juve ne s’est pris que trois buts durant toute la Ligue des Champions donc je n’imagine pas un score fleuve. Si j’avais un billet à mettre, ce serait peut-être sur Juve +1 à 1,20, et encore. Je m’abstiens pour ce match-là

Stop aux tickets annulés par les bookmakers, oui aux gains bien mérités !

Il arrive parfois que les bookmakers annulent des tickets. À chaque fois ils sortent un article de leurs conditions générales qui dit en gros qu’ils ont tous les pouvoirs alors que ce n’est pas vrai, ce que Morgan va nous expliquer.

B : – Est-ce que tu peux te présenter aux auditeurs ?

M : – Je joue depuis pas mal de temps. J’étais avant tout un gros joueur de paris hippiques mais je me suis vite aperçu que je ne gagnais pas ma vie avec les paris hippiques. J’étais également croupier de poker. Donc je connais pas mal tout ce qui est jeux d’argent. Je me suis mis aux paris sportifs il y a 3 ou 4 ans, ce qui est très récent par rapport à toi puisque tu es dedans depuis longtemps.

B : – 19 ans (rires)

M : – Voilà ! (rires) J’ai commencé à jouer petit, un petit cote et match de temps en temps avec de petites sommes mais je m’y suis vraiment mis il y a 3-4 ans. De temps en temps, tu juges des cotes un peu value qui ne représentent pas forcément la cote réelle donc tu essaies de miser dessus. Il s’avère qu’il y a trois ans, j’avais pris une cote sur André Ayew meilleur buteur de la Coupe d’Afrique des Nations proposé à 17 sur le site ParionsWeb de la Française des Jeux. Le pari passe mais le lendemain, on m’annule le pari.

ticket annulé bookmaker

B : – Cela doit parler à certaines personnes. J’ai déjà eu ce cas. Le parieur normal se sent démuni par rapport à ça. Qu’est-ce que tu as fait ?

M : – C’était la première fois que cela m’arrivait. On essaie de poser des questions au bookmaker mais il s’avère qu’on n’obtient aucune explication

B : – Ils t’envoient les conditions générales dans lesquelles il est marqué qu’ils ont le droit d’annuler un pari quand ils le veulent en gros.

M : – Exactement. Mais tu te dis que tu as quand même gagné un pari. J’avais mis 100€ à cette cote à 17 donc normalement je devais gagner 1700€ et au final, on me rembourse ma mise. J’estime que j’ai pris un pari normalement. C’est comme si tu achetais une TV à 400€ chez Carrefour ou Boulanger, que tu l’installes chez toi et que deux jours plus tard on te dise au téléphone que le prix était de 600€ et qu’il faut revenir au magasin et payer la différence !
J’ai décidé d’attaquer, de ne pas laisser les choses comme cela. Quand je prends des paris perdants, je ne réclame pas mon dû. OK, la banque a gagné, la Française des Jeux a gagné, bien joué pour eux. Mais quand je gagne un pari, je ne me laisse pas faire et je veux qu’on me paie. Je prends donc contact auprès d’un avocat spécialiste du droit aux paris. Il faut savoir qu’il faut toujours prendre un avocat spécialisé dans le domaine et éviter un avocat généraliste qui n’aura pas forcément les compétences pour le domaine concerné.
Nous avons alors monté un dossier. Il faut savoir que la Française des Jeux m’a aussi annulé plusieurs autres paris sur le fondement de l’erreur de cote manifeste. Au lieu de 1700€ à la base, on monte petit à petit à 2000, 2500, puis 3000€…

B : – Tu en étais à plusieurs milliers d’euros mais il faut savoir qu’un avocat a lui aussi un coût. Un avocat peut prendre 100 ou 150€ de l’heure donc réclamer pour une petite somme n’est pas forcément intéressant. Tu avais fait le calcul, tu t’en fichais ou tu pensais que tu allais demander à la Française des Jeux de rembourser l’avocat ?

M : – C’est sûr que c’est un double problème. Des parieurs qui vont réclamer 50 ou 100€ ne vont pas prendre un avocat car la procédure est longue et coûteuse. Cela commence par une mise en demeure de payer avec un courrier de résolution à l’amiable pour essayer de trouver un arrangement avec la Française des Jeux. Jusqu’à la phase de procès – plaidoirie, audiences – cela dure un an et demi et coûte 4000 à 4500€ au minimum.

B : – Voilà. Et ensuite, comment tu fais ?

attaquer le bookmaker

M : – Tu sais que tu es dans ton bon droit. Tu as des articles de droit avec toi, les articles de l’Arjel qui disent que l’opérateur n’a pas le droit d’annuler un pari pour erreur de cote manifeste.

B : – Ah, c’est intéressant. Il est marqué dans le règlement de l’Arjel qu’il est interdit d’annuler un pari pour erreur manifeste.

M : – Exactement. J’ai d’ailleurs sous les yeux une circulaire de l’Arjel qui prévient les opérateurs que “la cause prévoyant l’annulation du pari pour erreur manifeste apparaît abusive”. Cette circulaire date de 2013 et l’Arjel a fait un rappel en août 2016. Pour 50 ou 100€, il vaut mieux se tourner vers l’Arjel et la DGCCRF (la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) voire éventuellement contacter des associations de défense des consommateurs. Cela prend du temps mais pas d’argent.
Plus le nombre de paris annulé est élevé, plus on a de gains à récupérer et à ce moment, un action en justice devient intéressante et même primordiale. J’en ai pour près de 4000€ de paris annulés et il n’y a pas un cas où je ne vais pas en justice pour les récupérer. Je sais que je suis dans mon bon droit, qu’il existe des lois, que le code civil et de la consommation précise que “une des deux parties – en l’occurrence la Française des Jeux ici – n’a pas le droit n’a pas le droit d’annuler un contrat de pari de façon unilatérale. Il faut que les deux parties soient d’accord pour annuler un contrat”. À partir de là, je n’hésite pas à dépenser ce qu’il faut pour récupérer à la fois le paiement de mes gains et les frais d’avocat.

B : – Tu avances l’argent pour l’avocat mais tu espères le récupérer. Et aujourd’hui, tu es arrivé au bout des procédures, tu as eu des remboursements ?

M : – On est encore en procès. L’audience sera normalement en septembre-octobre. Il faut savoir qu’on a lancé la procédure en mars 2016. il faut donc compter un an, un an et demi pour arriver à l’audience. Sachant que la partie qui perdra, que ce soit la Française des Jeux ou moi, aura le droit de faire appel, ce qui signifie que ça pourrait repartie pour un an, un an et demi.

B : – Et je pense que si la FDJ perd, ils vont faire trainer, trainer, trainer, c’est une évidence. Il faudra que tu me tiennes au courant de tout ça. Tu connais d’autres personnes pour lesquelles les procès ont déjà été statué ?

M : – Je conseille pas mal de personnes mais j’ai été le premier à lancer une procédure. Donc on verra vraiment en septembre-octobre si je gagne ou pas. Des amis ou des personnes qui me contactent ont lancé d’autres procédures mais comme c’est très long, il faut attendre au moins l’an prochain pour avoir des résultats.

B : – D’après tout ce que tu dis, il y a quand même bon espoir. Si tu gagnes, et je te le souhaite, ça va faire très mal aux bookmakers en France car il y a un paquet de petits parieurs aujourd’hui qui se retrouvent floués et qui n’attaquent pas. Je crois qu’une loi est passée qui permet de se regrouper pour attaquer une entreprise. Si ton cas fait jurisprudence, il y aura plusieurs dossiers qui vont se montrer derrière. Qu’est-ce que tu conseilles aux personnes qui se sentent flouées ? On leur dira comment te contacter mais tu leur conseilles de faire des copies d’écran, garder les mails ?

M : – Dès que tu prends un pari, il faut la capture d’écran. Certains bookmakers m’ont fait disparaître des paris de mon historique

B : – Je sais. Pour avoir été à l’intérieur du système pendant 3 ans, je sais. Pourtant l’Arjel contrôle tout ce qui disparaît mais… Le problème pour moi c’est que l’Arjel est aussi main dans la main avec les bookmakers. Quand tu envoies un message à l’Arjel pour dire que tu as eu un problème avec le bookmaker, ils te répondent de te retourner vers le bookmaker. C’est ce qui m’est arrivé.

M : – L’Arjel n’a pas autorité. Elle peut dire aux opérateurs de payer mais n’a pas le pouvoir juridique pour les forcer à payer et les condamner. C’est uniquement le tribunal qui peut condamner un bookmaker

B : – C’est pour cela que le texte de l’Arjel aux bookmakers dont tu parlais ‘a pas vraiment de valeur…

M : – Détrompe-toi. Suite à cette circulaire, la FDJ et d’autres opérateurs ont fait disparaître la clause “pour erreur manifeste de cote” de leurs conditions générales. Par contre, ils en ont évidemment trouvé d’autres : défaillance technologique, des trucs comme ça…

B : – C’est surtout que si tu gagnes un gros billet avec une erreur de cote, je peux te dire qu’ils te paient 24 heures après mais ton compte est clôturé (rires).
J’ai encore des contacts chez des bookmakers. Je ne citerai pas de nom mais j’en parlais encore hier avec quelqu’un qui travaille chez un bookmaker et il y a des fois des choses un peu spéciales qui se passent chez les bookmakers, comme le fait d’effacer des tickets par exemple. Une anecdote dont tu as peut-être entendu parler : pour le match Celta Vigo-Real Madrid, le pari sur Ronaldo marque 1 but dans le match était sorti à une cote de 5 sur la FDJ, alors que c’était une cote qui valait 1,15-1,20. Et Ronaldo a marqué dans le match. La FDJ a payé. Par contre, quand une personne gagne trop d’argent ou qu’elle leur fait perdre trop d’argent, elle est fichée. Il ne faut pas s’étonner de se retrouver avec des comptes clôturés ou des mises limitées.

M : – J’attaque aussi Bwin puisqu’ils m’ont aussi annulé des paris pour erreur de cote manifeste, mais aussi pour la fermeture de mon compte. Je les attaque donc pour refus de vente, fermeture de compte sans raison valable donc illégale. Il n’y a aucune raison légale de fermer un compte sauf suspicion de blanchiment d’argent, comme ils disent…

B : – C’est trop facile comme explication ! Une équipe de TV est venu faire un reportage chez moi. A un moment donné, ils filment un compte Bwin que j’avais – il est toujours ouvert mais ne me sert à rien. Je leur montre en prenant un pari sur le rugby, en misant 100€. Au moment de valider, il s’affiche alors à l’écran “vous ne pouvez pas gagner plus de 2€”. Comme je l’ai expliqué, c’est de la fermeture indirecte en fait. Le problème en France, c’est qu’il y a des règles, l’Arjel etc., je veux bien mais le blanchiment d’argent, c’est une minorité par rapport au nombre de gens qui jouent. On t’embête avec tout ça mais si tu gagnes trop, on te limite ; si tu te fais payer une cote mal cotée parce que quelqu’un a fait une erreur de saisie, on te ferme le compte. I l ne faut pas s’étonner que les gens se tournent vers autre chose que l’Arjel.
En tout cas, je suis très intéressé par les procédures que tu as lancées et comment cela va aboutir. Cela pourrait être intéressant de mettre des médias sur le coup aussi. Si tu es débouté, ce serait assez dégueulasse puisque tu es dans ton bon droit. Je ne sais pas si tu souviens de cette histoire d’une personne qui avait joué dans un bureau de tabac alors qu’ils avaient inversé les cotes. Il avait misé 5 000€ et gagné 30 000€

M : – Oui, Bruno Gil. En fait, il avait effectivement misé 4 000 ou 5 000 € sur des cotes qui étaient apparemment inversées sur un match entre le premier et le dernier. La cote était à 5 au lieu de 1,01. C’était en 2011 et à l’époque, la FDJ n’avait pas de règlement pour erreur manifeste de cote. Du coup la FDJ l’avait attaqué pour soupçon de blanchiment d’argent et de fraude.

B : – Ils n’ont que ça comme argument.

M : – Bruno Gil a perdu en première instance mais en deuxième instance a prouvé qu’il n’y avait pas eu de blanchiment ni de fraude et il a gagné cette affaire. C’est à la suite de cela que le paragraphe sur l’erreur manifeste est apparu dans les conditions générales de la FDJ, avant d’être retirée après la circulaire de l’Arjel. Comme quoi on arrive un peu à faire avancer les choses. C’est lent, les opérateurs gagnent du temps, mais si personne ne se bat, c’est l’enrichissement assuré pour eux et la perte assurée pour les joueurs.

B : – Sachant qu’aujourd’hui, très peu d’opérateurs en France sont rentables, tellement il y a de charges et de taxes.

M : – C’est dur pour tout le monde, sauf pour l’état qui perçoit 10% des mises.

B : – En tout cas, vous l’aurez compris, Morgan mène la résistance ! À un moment, cela suffit de se faire marcher dessus, tu as raison. Pour les personnes concernées il faut avoir des captures d’écran évidemment. Et que le pari ne remonte pas à trop longtemps…

M : – On dispose d’un délai de 5 ans pour attaquer le bookmaker à partir de la date à laquelle le pari est pris. Si des gens ont eu des paris annulés il y a trois ans, ils peuvent encore attaquer. Il faut retrouver toutes les preuves possibles – captures d’écran, les échanges avec l’opérateur. Il faut toujours commencer par demander pourquoi le pari a été annulé, quel est le règlement, etc.

B : – Ils répondent de plus en plus dans des tchats. Ils font croire que c’est un service pour le parieur, que c’est plus réactif mais en fait, c’est surtout parce que cela laisse moins de traces. Donc n’hésitez pas à faire des captures d’écran.

M : – Exactement. Une fois le dossier fait, nous on conseille les gens. Et s’il faut engager des procédures, l’avocat avec qui je travaille se saisit du dossier et envoie un courrier de mise en demeure pour résolution à l’amiable. Si l’opérateur négocie, tant mieux, sinon la procédure continue, avec assignation devant le tribunal. Il ne faut pas se leurrer, cela prend un an, un an et demi voire deux ans

B : – Ceux qui ont déjà eu recours à des avocats dans d’autres domaines savant que la procédure est longue. En tout cas, préviens ton avocat qu’il risque d’avoir encore plus de boulot que d’habitude. Et n’hésitez pas à partager cette interview. Au juste, comment te contacter Morgan ?

M : – Morgan Barbe sur Facebook.

B : – Vous pouvez prendre contact avec lui sur Facebook. Tu devrais avoir pas mal de messages, j’espère que tu as du temps de disponible !

M : – Il n’y a pas de problème.

B : – On fera le point de temps en temps sur certains dossiers. Ras le bol de se faire avoir par les bookmakers quand on a pris le temps de faire une analyse, de trouver une belle value –c’est un travail, en tout cas pour moi – de gagner plusieurs milliers d’euros et de le voir annuler. À titre personnel, je vais essayer de regarder ce que j’ai.
En tout cas, merci de ton intervention, tu as fait avancer la cause des parieurs. L’émission est aussi là pour ça. D’ailleurs il n’y a pas 36 000 émissions sur les paris sportifs en France. C’est compliqué d’inviter les bookmakers sur des plateaux… aucun n’aurait voulu avoir la discussion qu’on a eu, c’est une évidence !

M : – Dernier point si je peux me permettre : si l’opérateur estime qu’il a fait une erreur de cote, c’est leur droit. Mais nous on a aussi alors le droit d’estimer avoir fait une erreur en prenant des paris perdants et qu’on doit être remboursés. On refera une émission dans six mois quand on aura le jugement de mon affaire, en espérant que cela se passe bien.

B : – Super. On va tenir les auditeurs au courant. Et encore merci pour ton intervention.

A vous de jouer ! 

Vous vous sentez volé par les bookmakers suite à un pari annulé ? Vous voulez agir et recevoir l’argent que vous auriez du gagner ? N’hésitez pas à me contacter en cliquant ici ou à contacter Morgan directement sur facebook en cliquant ici. Ne les laissons plus gagner si facilement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires