Paris long terme pour 2018 + pronos hand et foot !

Au programme cette semaine : on va revenir sur le hand et les dames. Ce sport a été mis en avant cette semaine avec le très beau titre mondial de l’équipe de France. Peut-être avez-vous pris goût à suivre ce sport et à l’analyser pour vos paris. On vous en dira plus avec Benoît en abordant les grandes compétitions en France et les coupes européennes.

Et comme c’est la dernière émission de l’année, on a eu envie d’aller de l’avant donc on va se projeter sur 2018. Cela sera peut-être un peu du déjà-vu pour les spécialistes qui ont déjà plus qu’anticipé mais pour les non initiés, nous ferons un petit tour des événements majeurs à venir en 2018 : J.O. d’hiver de Pyeongchang en Corée du Sud, la Coupe du Monde de football, le Tour de France et le Tournoi des six nations, voire Roland-Garros… il y a plein de choses qu’on pourra évoquer.

On verra aussi les choses sur lesquelles tu vas travailler, Benoît. J’imagine que tu as plusieurs dossiers en cours pour 2018.

B: Comme tu l’as dit, la Coupe du Monde, forcément. Et les J.O. d’hiver qui sont toujours intéressants à suivre. Il y a pas mal de choses intéressantes en ce début d’année.

Handball féminin et coupe du monde !

P-Y : On commence avec le premier dossier de cette semaine l’équipe de France handball féminin qui a remporté le titre de champion du monde. Question facile maintenant que c’est fait : est-ce que tu l’avais vu venir ?

B : Pas forcément qu’elles iraient jusqu’au bout. Quand elles ont perdu le premier match de poule…

P-Y : …contre la Slovénie si je me trompe pas

B : Qu’elles avaient battu facilement en mach amical. Je me suis dit : la cote remonte un peu, c’est peut-être le moment de les prendre, sachant qu’elles ont toujours du mal à rentrer dans la compétition. La cote de la France était autour de 7 ou 8, ce qui est une belle cote tout de même. Donc je pensais que cela pouvait être intéressant à ce moment-là de prendre ce pari dans l’optique de la revendre ou de faire un arbitrage. En toute franchise, je ne l’ai pas pris finalement. Mais je suis très content qu’elles aient gagné. On est chauvin et il y a trois brestoises dans l’équipe donc on suivait ça avec attention. Et puis on fait le doublé entre les hommes et les fille, ce qui est assez rare pour être précisé.

P-Y : Comme l’a rappelé l’ami Denis Brogniart, ce n’était pas arrivé depuis la “grande” URSS ! C’était rigolo d’entendre ça sur TF1 à une heure de grande écoute, ça m’a bien fait marrer !

B : Il fallait donc remonter pas mal de temps en arrière ! Les filles l’ont mérité, avec des matchs supers à regarder à la TV – j’ai suivi cela comme beaucoup d’entre vous je pense. Très content pour elles.

P-Y : Et si vous voulez continuer à suivre le hand féminin, il faut suivre la LFH, la Ligue Féminine de Handball. Le championnat était en pause pendant le championnat du monde et la reprise est pour très bientôt. Du côté de Brest, nos trois brestoises vont reprendre la compétition avec moult festivités !

B : Oui, il va forcément y avoir quelque chose d’organisé pour les féliciter. Ce n’est pas souvent qu’on a trois championnes du monde : Cléopâtre Darleux, la gardienne. Elle était remplaçante mais elle a su sortir un penalty au bon moment !

P-Y : Il était important celui-là !

B : Voilà, c’est ça ! Il y a aussi Astride N’Gouan, qui n’a pas joué la finale mais elle fait partie de l’équipe. Et Allison Pineau, qui n’a pas fait le début de saison avec Brest parce qu’elle était blessée mais Olivier Krumbholz lui a demandé de venir en équipe de France pour ces championnats du monde. Et si je peux me permettre l’expression, elle pète le feu !

P-Y : Elle a été hyper importante en demi et en finale

B : C’est ça. Et elle va apporter un plus à Brest !

Handball :  la EHF

P-Y : On va en reparler. Concernant la EHF, tu suis le hand, tu vas voir régulièrement des matchs

B : Je suis abonné à Brest

P-Y : Et tu as aussi une vision d’ensemble sur le championnat

B : En fait, si on regarde le classement après la première partie de saison, il n’a pas beaucoup évolué par rapport à l’année dernière : Metz est premier, Brest second, puis viennent ensuite Nice, Nantes, Issy Paris qui était troisième l’an dernier. Pour la deuxième partie de saison, j’imagine qu’avec le retour d’Allison Pineau, Brest va vraiment lutter avec Metz.

On devrait retrouver ces deux équipes en finale des play-offs. Metz a 4 points d’avance, donc ça va être compliqué mais la finale aller aura lieu à Brest. Si l’effectif est au complet, Brest a largement les moyens d’être champion. Quant à la coupe d’Europe…

P-Y : Explique-nous la coupe de la EHF et la Ligue des champions.

B : Pour la Ligue des champions, le premier tour a eu lieu. Il y avait des poules de quatre et les trois premières étaient qualifiées. Brest a fin 4e sans démériter contre le champion d’Europe en titre, le champion d’Europe de la petite coupe l’an dernier et le champion du Danemark. Autant vous dire qu’il fallait un petit exploit. La cote était grosse, à 100-120. J’avais mis un billet sur Brest en me disant que si elles arrivaient à passer le premier tour, tout devenait possible.

Elles sont maintenant reversées en Coupe EHF, la petite coupe d’Europe. C’est exactement la même chose que chez les hommes. La cote de Brest pour gagner cette coupe d’Europe est à 9-10. Et je vais remettre un joli billet dessus. Parce que les bookmakers n’ont pas compris que la donne change avec le retour d’Allisson Pineau, une des meilleures joueuses du monde. On va aussi récupérer des blessées importantes dans le dispositif, comme Marta Mangué. Pour moi, cette cote de 10 est vraiment très jouable. J’ai hâte de voir cette compétition commencer pour voir ce que cela peut donner. Mais c’est un pari long terme que je prendrai.

P-Y : Pour situer, Brest n’avait pas démérité non plus la saison dernière en EHF.

B : On avait perdu en quarts de finale contre l’équipe qui a remporté la coupe ! Et je pense que cette année, on peut le faire. Donc je pense que ça vaut le coup de mettre un billet là-dessus.

P-Y : Pour résumer : le retour d’Allisson Pineau n’a pas été pris en compte par les bookmakers donc c’est le moment ou jamais !

B : Pour moi, cela peut changer beaucoup de choses. Allisson Pineau est capable de faire la différence en un-contre- un, alors que sans elle, on n’avait pas beaucoup de joueuses capable de le faire, à part Melinda Geiger – ce qui est amusant d’ailleurs, c’est qu’elles ont joué l’une contre l’autre lors de ces championnats du monde. Je pense qu’on a un bel effectif capable d’aller en finale s’il n’y pas de blessées.

P-Y : Tu suis aussi les autres clubs, comme Metz qui continue Ligue des champions ou pas ?

B : Ah oui ! Metz a fait le plein de points. Il y a vraiment une belle équipe. L’effectif n’est pas énorme en quantité mais chaque joueuse a des qualités. La moitié de l’équipe de France joue à Metz, déjà ! Et autre avantage : elles se connaissent les yeux fermés, ce qui n’est pas encore le cas à Brest qui intègre tout le temps de nouvelles joueuses. Metz est dans la poule de Vardar, Ferencvaros, Buducnost, Bietigheim Thüringer. Elles sont deuxièmes avec 6 points pour l’instant. Et je pense qu’elles peuvent faire quelque chose. Ça ne va pas être facile mais elles peuvent aller loin, en demi par exemple.

P-Y : Metz et Brest, les deux valeurs sûres du hand français.

B : Aujourd’hui, oui.

P-Y : Il faut aussi expliquer aux auditeurs que le projet hand à Brest est inscrit dans la durée

B : C’est ça ! Pour avoir parlé un peu avec le président de Brest, il m’a expliqué que tous les clubs vont se renforcer l’année prochaine avec pas mal de joueuses françaises qui vont revenir jouer en France. Siraba Dembélé va revenir à Toulon par exemple. Donc le niveau va être assez relevé.

P-Y : En tout cas, félicitations aux filles du BBH, le Brest Bretagne Handball

B : Tout à fait !

2018 – JO d’hiver

P-Y : On passe au deuxième dossier de l’émission. 2018 va être une année passionnante en termes de sports et de compétitions à regarder et aussi en termes de paris sportifs. De but en blanc : quelle compétition va t’intéresser le plus en 2018 ?

B : Les Jeux Olympiques d’hiver pour commencer. J’aime bien les paris sur les face à face entre pays, savoir qui va remporter le plus grand nombre de médailles…

P-Y : Tu suis le tableau des médailles ?

B : Oui, j’aime bien faire ça à chaque J.O. J’arrive à bien tirer mon épingle du jeu sur ce type de paris, sur des duels. Par exemple – je dis une bêtise – est-ce que la France va avoir plus de médailles que la Russie ?

P-Y : Si on prend ce pari, ce ne sera pas dur !

B : C’est clair, mauvais exemple ! On va dire France et Allemagne alors ! Il y a toujours des coups à faire sur ces paris. Tous les bookmakers ne les proposent pas mais il y a aussi des paris comme : “est-ce que la France va remporter plus ou moins tel nombre de médailles ?”. C’est-à-dire plus ou moins under ou over un chiffre fixé par le bookmaker. Au parieur de calculer cela en fonction des athlètes présents. J’aime bien cela pour les J.O. d’été parce que je maîtrise mieux.

P-Y : Quels facteurs prends tu en compte pour ce genre de paris ?

B : Je ne vais pas dévoiler tous mes secrets mais il existe des organismes qui sont en charge de faire ces calculs. Je fais des croisements de plusieurs sources et j’arrive à déterminer un chiffre pour chaque pays qui me semble bon. Je regarde ensuite ce que proposent les bookmakers et où c’est value. Voilà en gros comment je procède, sans donner toutes les ficelles.

P-Y : Tu vas prendre en compte la culture sportive d’un pays en particulier pour ce pari ?

B : Il y a plein de choses. Les sociétés qui font cela prennent quantité de critères en compte : la population du pays, le nombre de licenciés… on rentre dans de la démographie, de l’économie…

P-Y : Très intéressant

B : Aller chercher des infos, c’est une partie que j’aime bien. Il y a aussi des compétions qu’on ne voit jamais à la TV comme la luge, le bobsleigh…

P-Y : Avec l’équipe féminine du Nigéria à suivre ! Non, je ne rigole pas !

B : Tout le monde connaît l’histoire de la Jamaïque en bobsleigh grâce au film. En tout cas, il y a des sports qu’on ne voit jamais. Pour nous français, sont aussi intéressantes à suivre le biathlon avec Fourcade, le ski alpin, etc. Mais il y a des sports que vous ne regarderiez jamais autrement. Les J.O. servent à ça aussi.

P-Y : Il y a des paris farfelus pour lesquels tu t’es déjà demandé quoi parier ?

B : Des paris farfelus, c’est rare. J’essaie toujours d’être en accord avec ce que j’ai analysé avant.

P-Y : Mais tu ne t’es jamais rendu compte que tu t’étais levé à 2 heures du matin pour voir des gens qui balaient une patinoire ? Tu vois à quel sport je fais référence ?

B : La pétanque sur glace, le curling ! Non, je n’ai jamais parié dessus. Par contre, il faut tenir compte des histoires de dopage. Pour les Jeux Olympiques de Sotchi, j’avais analysé que la Russie allait se gaufrer totalement et elle a fini première nation. Mais on sait quatre ans plus tard qu’ils étaient tous dopés. C’est très énervant mais en même temps on pouvait se douter que Poutine voit d’un mauvais œil que la Russie n’ai pas de bons résultats lors de J.O. organisés chez eux. Ce sont des choses extra-sportives qu’il faut aussi parfois prendre en compte. Ce que je n’avais pas fait suffisamment et j’en ai été pour mes frais.

Coupe du Monde de foot

P-Y : Transition parfaite pour passer à la Coupe du Monde de football en Russie. Soyons fous : ce que tu viens de dire peut-il être transposé pour cette Coupe du Monde ?

B : Avec les russes, on ne sait jamais sur quel pied danser donc je ferais attention. Les russes ont fait 3-3 contre l’Espagne lors de leur dernier match amical. Qu’est-ce que cela vaut ? Je n’en sais rien. La Russie n’est pas favori mais… Une équipe qui joue une Coupe du Monde à domicile a toujours un petit avantage. Le ratio d’équipes qui ont gagné la Coupe du Monde à domicile est très élevé. Et on le sait bien depuis 1998 ! Ceci dit, je ne crois pas à la Russie. Ce sera intéressant de voir le match d’ouverture, par rapport aux stats dont on a déjà parlées. C’est Russie-Arabie Saoudite je crois.

P-Y : Oui. Ça fait rêver !

B : On verra si on le regarde en entier !

P-Y : Déjà, on oublie les cérémonies d’ouverture, donc le match qui suit…

B : Autant c’est sympa pour les J.O., autant pour la Coupe du Monde…

P-Y : Ce n’est pas le même cérémonial

B : On est d’accord.

Les paris longs terme 2018

P-Y : Tu as déjà choisi tes vainqueurs en paris long terme pour 2018 ?

B : Pour la Coupe du Monde, j’en ai déjà parlé. La NBA, la saison a commencé en 2017. Donc il reste quoi ?

Les six nations, mais j’en ai aussi déjà parlé avec une finale Angleterre-Irlande et un petit avantage à l’Angleterre, même si Itoje mon joueur préféré s’est cassé la mâchoire et n’est pas sûr de jouer.

Le Tour de France ? Aujourd’hui, on ne sait pas sur quel pied danser. Ça ne sent pas bon pour Froome

En athlétisme, il y aura les championnats du monde mais là encore, l’entraineur de Gatlin s’est fait piéger…

P-Y : Ah oui, Dennis Mitchell

B : Voilà. C’est un peu compliqué…

P-Y : Pour situer l’histoire, l’entraineur de Gatlin, qui a déjà été souvent embêté par la patrouille, a proposé des produits dopants à des journalistes. Gatlin a limogé son entraineur. Choqué et stupéfait

B : Oui, on va dire ça. C’est toujours délicat pour certains sports mais il faut prendre en compte ce facteur dopage. C’est compliqué mais ce n’est pas à négliger dans certaines disciplines. On apprendra peut-être que Gatlin était dopé quand il a gagné cet été. Cela ne surprendrait pas beaucoup de monde. C’est dommage mais on ne peut pas vraiment lutter contre.

P-Y : Le retro pari

B : Non mais c’est très énervant quand tu as fait l’analyse et que celui sur lequel tu as parié finit deuxième parce que celui qui est devant est dopé.

La fin de l’année 2017

P-Y : On revient un peu sur la fin de l’année. La Ligue 1 va reprendre en Janvier après la trêve habituelle. En Espagne, le vrai classico Real-Barça a lieu ce samedi du côté de Bernabéu. Tu tentes quelque chose dessus ?

B : Le pari, c’est de savoir si Barcelone fera une haie d’honneur à Madrid. C’est la discussion en ce moment en Espagne parce que c’est une tradition de faire une haie d’honneur lorsqu’une équipe gagne une coupe. Or le Real vient de gagner la Coupe des Clubs Champions. Sinon, je ne vois pas le Real perdre ce match. Il y a quelques blessés à Barcelone comme Deulofeu ou Dembélé. Au pire, je vois un nul mais pas le Barça l’emporter à Madrid. En plus, cela commence à mieux tourner pour le Real depuis deux ou trois matchs, malheureusement pour le PSG on va dire !

P-Y : Didier Deschamps coach du Paris Saint-Germain, pour éviter la lose du tirage.

B : En Angleterre, il va y avoir le Boxing Day, où les équipes enchainent plusieurs matchs

P-Y : Quatre journées en treize jours ! C’est un rythme de joueur NBA, ça.

B : Oui, si on veut. Our ceux qui commencent dans les paris, il faut savoir que certaines équipes ne peuvent pas aligner quatre matchs d’affilée. Donc les entraîneurs font des choix et font tourner. Si vous arrivez à anticiper tout ça, cela peut être intéressant. J’ai regardé rapidement pour Leicester : ils vont jouer le 23 contre Manchester United, le 26 à Watford, le 30 à Liverpool et le 1er janvier contre Huddersfield. Je pense qu’il vont lâcher le match contre Liverpool. Par contre, il est assez inconcevable qu’ils perdent le dernier contre Huddersfield. Aujourd’hui, Leicester est un peu devant Huddersfield au classement mais surtout, Huddersfield reçoit Burnley le 30 et vont donc sans doute tout donner sur ce match là avant de faire tourner. À confirmer, mais je ne pense pas me tromper.

Conclusion

P-Y : Parfait, merci Benoît pour cette année de paris sportifs.

B : On se retrouve l’année prochaine avec comme tu le disais plein de compétitions D’ici là, ne faites pas n’importe quoi, ne pariez pas sur n’importe quoi. Réfléchissez avant de mettre une pièce ou un billet. La prochaine émission sera

P-Y : Pas tout de suite. Si on reprend tout de suite après le 1er, je ne serai pas bien ! Il faut me laisser une semaine de rab’

B : En tout cas, profitez bien des fêtes, de la famille et faites peut-être une petite pause.

P-Y : Vous pouvez aussi vous faire un petit plaisir en achetant un livre, n’est-ce pas Benoît ?

B : J’ai sorti un livre il y a un an, un an et demi. C’est un peu mon histoire et les paris expliqués au débutants. Vous ne le trouverez pas en librairie parce que c’es compliqué de trouver un éditeur mais il est disponible sur amazon. Voilà pour les derniers achats de Noël.

P-Y : Avec un peu de bol, il arrivera avant le 25. Ah non, on est samedi !

B : Oui, donc c’est foutu. C’est pas très grave

P-Y : Merci beaucoup Benoît. Et à l’année prochaine !

B : Merci à tous, bye bye !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires