PRONOS et analyses sur la Conférence Ouest NBA.

Cette semaine, on va analyser la conférence ouest de NBA avec Brice Vounang, ancien capitaine de l’équipe du Cameroun qui sera mon invité. A la fin de l’émission, je vous donne mes paris long terme sur les équipes de la conférence ouest !

Qui est Brice Vounang ? 

brice vounang conference ouest

Benoit : la saison de NBA va recommencer bientôt, d’ici dix jours. On ne peut pas tirer de conclusions sur les matchs de pré-saison qui se déroulent actuellement, tout simplement parce que les cinq majeurs ne jouent pas tout le match mais seulement 15-20 minutes. Mais nous allons voir ensemble ce qu’il s’est passé cette année dans les équipes au niveau des transferts, qui s’est renforcé et qui s’est affaibli.
Bonjour Brice. Merci d’avoir accepté l’invitation pour discuter de basket américain, de la NBA. Parmi mes connaissances, je pense que tu es la personne la plus expérimentée sur le sujet en tant qu’ancien basketteur professionnel. Tu as en plus fait ton cursus universitaire aux Etats-Unis.

Brice : C’est ça, j’étais à l’université de San Diego.

Benoit : Tu es resté combien de temps là-bas ?

Brice : J’ai fait deux saisons, une année en junior et une année en senior, en 2004-2005.

Benoit  : Tu jouais à quel poste ?

Brice : Intérieur, poste 5.

Benoit : On appelle ça centre aussi. Pour ceux qui ne connaissent pas trop le basket : c’est celui qui est dans la raquette et qui fait le ménage !

Brice : Exactement, c’est ça !

Benoit :  Brice, je te propose de commencer cette semaine par la Conférence Ouest et si tu es disponible on fera la Conférence Est la semaine prochaine. Mieux vaut prendre le temps.

Brice : Pas de soucis.

Analyse des équipes de Conférence Ouest :

conférence ouest resultats

Golden State Warriors ?

Benoit : L’an dernier, Golden State Warriors a fini premier de la saison régulière avec 73 victoires, ce qui leur a sans doute coûté de l’énergie en playoffs et ils ont perdu contre Cleveland et Lebron James. Ils se sont renforcés avec l’arrivée de Kevin Durant mais il n’y pas de grande différence par rapport à l’année dernière.

Brice : Oui. Golden State s’est renforcé avec une superstar comme Kevin Durant, c’est sûr et tout le monde les voient déjà vainqueurs. Par contre, ils se sont affaiblis dans la raquette avec le départ des intérieurs, comme Festus Ezeli qui est parti à Portland et Marreese Speights qui est aux Clippers. Les matchs de pré-saison ont d’ailleurs montré qu’il y avait ce petit manque de rotation dans la raquette. C’était compliqué pour eux contre Sacramento en particulier, avec DeMarcus Cousins, parce qu’il n’y avait personne pour le tenir dans la raquette !

Benoit : Sur les tirs extérieurs, ça reste énorme quand même !

Brice : Oui. Ils vont se concentrer sur l’extérieur et ils espèrent compenser les départs avec l’arrivée de Kevin Durant, qui peut jouer du poste 1 au poste 5 avec sa taille. Pour l’instant, ce sont les favoris. C’est du très, très haut niveau !

Benoit : On va voir comment cela va évoluer mais ils sont favoris de leur conférence et pour le titre chez les bookmakers avec une cote à 1,80 – soit plus de 50% de probabilités de gagner le championnat NBA !

San Antonio Spurs

Benoit : À San Antonio, Tony Parker aura encore moins de temps de jeu cette année, Aldridge est toujours dans la raquette mais Tim Duncan est parti…

Brice : Duncan a fait tout ce qu’il pouvait pour cette franchise et il était temps pour lui de partir. Il a peut-être même fait une année de trop à mon avis – il ne pesait plus sur l’équipe l’an dernier comme avant. San Antonio reste San Antonio, toujours la philosophie de Popovich et sa façon de fonctionner avec les joueurs étrangers. Il a même amené un coach étranger qui va sans doute prendre les rênes après lui. Et ils ont fait une très grosse recrue avec Pau Gasol, inutile de le présenter…

Benoit : Surtout en France vu qu’il a souvent fait mal à l’équipe de France !

Brice : Non c’est sûr ! Je n’oublierai jamais la dernière fois où il nous a mis 40 points !

Benoit : On s’en souvient encore, ça fait mal ! Donc San Antonio, aucun soucis à se faire, ils seront en playoffs, on peut en être sûr.

Oklahoma City

Benoit : L’an dernier, Oklahoma City avait fini troisième mais Kevin Durant est parti aux Golden State comme on l’a dit et Russell Westbrook va prendre les commandes… qu’est ce que tu penses de cette équipe de conférence ouest cette année ?

Brice : Cela reste une très bonne équipe. Mais est-ce une équipe du standing de celle qui comptait Kevin Durant dans ses rangs ? Je ne pense pas. Ils ont baissé de niveau je pense. Ils ont remplacé Durant par Victor Oladipo, qui est un très bon joueur, très costaud, mais ce n’est pas un shooteur, il a le même jeu que Westbrook, en pénétration. Comment vont-ils faire pour pénétrer à chaque fois ? Leur gros problème sera de mettre des shoots de l’extérieur à longue distance et des tirs à trois points. En plus, ils ont aussi perdu Serge Ibaka, qui est un très bon défenseur dans la raquette. On connaît les qualités offensives de Enes Kanter, mais la défense, ce n’est pas trop son truc…

Benoit : Et tu parles en connaissance de causes puisqu’il joue au même poste que toi !

Brice : Voilà ! (rires) Je n’étais d’ailleurs pas un grand défenseur, j’étais plus fort en attaque aussi ! Par contre, Joffrey Lauvergne a une très grosse carte à jouer dans cette raquette parce qu’il y a juste Steven Adams comme fer de lance de la défense dans la raquette et après lui… Enes Kanter est là pour scorer. Si Joffrey Lauvergne peut faire un mix des deux, il peut vraiment s’établir dans cette équipe.

Benoit : Pour ceux qui connaissent un peu le basket international, le fils de Sabonis, la légende Lithuanienne, joue aussi dans cette équipe. Je lui souhaite le même parcours que son père mais ça risque d’être compliqué quand même !

Brice : (rires) Ça va être compliqué ! Il n’a pas la taille de son père déjà ! Mais s’il est là, c’est qu’il a le niveau et le talent pour.

Los Angeles Clippers

Benoit : Les quatrièmes de la saison dernière, avec Chris Paul, Blake Griffin, DeAndre Jordan et tous les autres, dont Luc Mbah a Moute que tu connais. On en a parlé avant l’émission et tu ne l’as pas encore contacté donc tu ne sais pas comment est l’ambiance dans l’équipe mais pour toi, ils vont être dans le Top 4 de la Conférence

Brice : Oui. Les Clippers, c’est : on prend les mêmes et on recommence donc. La saison dernière a été très compliquée avec les blessures – Chris Paul qui se fracture la main en playoffs, Blake qui est absent en cours de saison… Mais le noyau dure de l’équipe est resté. Ils ont pour objectif de faire mieux que l’an dernier. En général, quand l’effectif reste stable, c’est pour progresser. Et l’ambiance est au top car les joueurs se connaissent bien et se fréquentent depuis un moment

Benoit : Ça joue forcément au niveau des automatismes

Brice : Tout à fait, ça apporte beaucoup.

Benoit : D’ailleurs, quand tu étudies une équipe, tu privilégies une équipe où l’effectif est resté stable ou une équipe dans laquelle il y a eu énormément de changement ?

Brice : Une équipe stable prend moins de temps pour se mettre en place qu’une équipe qui a connu des changements, surtout des changements majeurs. Quand on rajoute un joueur, il faut toujours du temps pour que la mayonnaise prenne. L’incertitude est de savoir combien de temps cela prend – pour certaines équipes, on parle en années…

Benoit : On en avait déjà parlé ensemble à propos de Miami. Le trio magique – Wade, Bosh et James – n’avait pas gagné le titre la première année

Brice : Voilà ! Ils avaient le niveau pour vaincre tout le monde mais ils ont perdu en finale parce qu’ils avaient un problème de leadership. Il faut un leader, pas trois. Lebron James savait que c’était l’équipe de Dwyane Wade et ne voulait pas s’imposer, mais le jeu a fait que Lebron James était le leader naturel. C’est ce qu’ils ont accepté la deuxième année et ils ont remporté des titres.

Benoit : C’est pour cela que j’aime bien ton éclairage. Tu vois comment ça peut se passer entre joueurs à l’intérieur de l’équipe, grâce à ton vécu. Le QI du basketteur pro, comme le QI du parieur, ça aide. L’expérience, tu ne peux pas l’acheter, il faut l’avoir vécu pour pouvoir en bénéficier.

Portland Blazers

Benoit :  Ils ont fini cinquième l’année dernière à la surprise générale après le départ d’Aldridge. Mais ils ont réussi une très belle saison avec Damian Lillard et des jeunes qui ont explosé comme McCollum. Cette année, l’effectif est stable aussi, non ?

Brice : Oui. Le but est de se maintenir et de progresser. Cela ne sera pas une perf comme l’an dernier car on sait de quoi Lillard est capable – il est All-Stars. Maintenant, McCollum doit confirmer…

Benoit : Et la deuxième année est toujours compliquée !

Brice : La deuxième année est difficile parce qu’on te connaît, on sait ce que tu as fait et tout le monde t’attend alors que la première année, on te découvre. C’est là qu’il faut franchir une étape dans ton niveau de jeu pour devenir un All Stars, c’est aussi simple que ça. Maintenant, Portland a recruté : Ezeli dans la raquette et Evan Turner, l’arrière de Boston qui revient. Je pense que l’état d’esprit est bon, ils se sont un peu renforcés mais l’effectif reste quasiment le même… Ce ne sera pas facile parce que l’an passé, ils ont été un peu sous-estimé après le départ d’Aldridge mais ils ont montré qu’ils étaient costauds donc ils seront plus attendus déjà.

Dallas Maverick

Benoit : Les Dallas Maverick de « papy » Nowitzki. Il commence à se faire âgé – tu l’as d’ailleurs affronté en tout préliminaire des Jeux Olympiques il y a quelques années – et pour aller en playoffs, il va falloir que Matthews et les autres confirment. Ils ont aussi perdu Parsons… comment les vois-tu cette année ?

Brice : Ils ont perdu quelques joueurs, mais ils ont recruté des joueurs de Golden State Warriors – Andrew Bogut, Harrison Barnes… Mais c’est compliqué quand le meilleur joueur à l’âge de Nowitzki. Pour moi, il ne devrait plus être la superstar du club. Comment vont-ils tenir 82 matchs ? Et puis, est-ce que Matthews va retrouver son niveau de Portland ?

Benoit : Pas mal d’interrogations dans cette équipe, on est bien d’accord. Il y a Deron Williams…

Brice : Mais il n’a pas encore retrouvé son niveau de New-Jersey.

Memphis Grizzlies

Benoit : On va passer rapidement. L’effectif reste stable avec le frère, Marc Gasol. Conley qui a signé un énorme contrat, Zach Randolph « Z-bo » en sixième homme – et il a le potentiel pour être élu meilleur 6e homme de la NBA ! Ils ont été embêtés par des blessures la saison dernière, notamment Marc Gasol et ont fini septième donc ont devrait les retrouver en playoffs, non ?

Brice : Oui. Une équipe qui se connaît bien; une philosophie de jeu qui reste la même, avec deux intérieurs très costauds. Ils ont aussi récupéré Chandler Parsons en provenance de Dallas, qui est un très bon joueur, Brandan Wright. Ils ont leur carte à jouer. Stratégiquement parlant, avoir un joueur comme Zach Randolph sur le banc, c’est intéressant pour apporter de l’énergie en fin de match et économiser les deux intérieurs qui commencent à avoir de l’âge. Ils ont aussi Troy Daniels, qui a fait quelques cartons avec Houston et qui peut donner un coup de main de temps en temps à Mike Conley.

Houston Rockets

Benoit : Avec le barbu James Harden, l’homme à tout faire de Houston ! Ils ont perdu Dwight Howard. Il faut voir comment ils vont réussir à jouer sans lui mais on va sans doute les retrouver à la lutte pour les playoffs comme tous les ans, non ?

Brice :  Soit ils se sont améliorés soit ça va être une catastrophe. Dwight Howard est un joueur qui aime avoir le ballon mais avec Harden, ce n’était pas évident de toucher le ballon à chaque fois. Ils l’ont remplacé par Nenê, le brésilien qui vient de Washington et qui va devoir remplir les stats. Le petit Clint Capela a une grosse carte à jouer, il est en train de monter en puissance dans cette équipe et pourrait à terme être titulaire si Nenê ne confirme pas. C’est une équipe qui sera toujours à la bagarre pour les playoffs vu la défense de Harden qui a reçu le « ‘Shaqtin’ a Fool’ MVP Award (rires) !

Benoit : Je sais que tu aimes bien cette émission (rires) !

Brice : J’espère ne pas le voir avec cette récompense cette année !

Utah Jazz

Benoit : Il va y avoir une belle lutte pour les playoffs parce que les Utah Jazz se sont normalement aussi renforcés, avec notamment les arrivées de Boris Diaw et Rudy Gobert. Même si Heyward s’est blessé et va être arrêté pendant quelques temps, ils vont rester au même niveau, voire s’améliorer normalement. En tout cas, ils ne devraient pas régresser. Qu’est ce que tu en penses ?

Brice : Utah s’est amélioré. Ils ont pris Joe Johnson et Boris Diaw. Ils vont beaucoup progresser. Et Rudy Gobert va être meilleur avec Diaw qui va le pousser.

Sacramento Kings

Benoit : Cousins est le joueur emblématique de cette équipe. La question est de savoir si Rudy Gay va rester ou partir. Ils ont fini dixièmes l’année dernière avec 33 victoires. Je ne les vois pas faire mieux cette année…

Brice : On prend les mêmes et on recommence donc…

Benoit : On a dit tout à l’heure que c’était mieux quand les joueurs se connaissaient mais à un moment donné, il faut aussi qu’il y ait un peu de potentiel

Brice : Surtout que Rudy Gay n’est plus content du système donc ça baisse encore…

Benoit : Qu’il parte ou pas, je suis quasiment sûr qu’ils ne feront pas les playoffs.

Brice : Moi aussi.

Denver Nuggets

Benoit : On passe très rapidement. Kenneth Faried va-t-il rester ou partir ? Il y a Gallinari aussi mais j’avoue que ce n’est pas une équipe que je regarde forcément, ni toi non plus je crois.

Brice : Non.

New Orleans Pelicans

Benoit : Avec « mono-sourcil » Anthony Davis ! (rires).  Il est la star là-bas mais ils ont du mal à décoller. Ça devrait être pareil cette année, non ?

Brice : Tout va dépendre de lui, de ses blessures. Il devrait normalement retrouver son niveau mais… Quand je regarde ces équipes là, je regarde nos « frenchies », donc j’attends qu’Alexis Ajinça retrouve sa place dans cette raquette. Il a beaucoup travaillé pour ça cet été. Il a une carte importante à jouer devant Ömer Aşık. C’est surtout cela le plus important pour nous pour cette équipe.

Benoit : Quand on se dit que ce sont Alexis Ajinça et Ömer Aşık en centres, ça fait peur quand même !

Brice : 2,18m et 2,13m, ce sont les tours jumelles !

Benoit : Les tours jumelles, oui, mais je pense qu’ils devraient avoir un peu de mal quand même à la lutte dans la raquette. Le turc Ömer Aşık n’a pas non plus une très bonne réputation, certains disent qu’il a deux mains gauches…

Brice : On verra. Je pense que c’est surtout un problème de confiance. Ils ont besoin qu’on leur fasse confiance, qu’on les fasse jouer un peu plus et je crois que ça ira. Le toucher de balle d’Alexis Ajinça pour sa taille est excellent. Le peu de temps qu’il passe sur le terrain, il fait beaucoup plus de choses que Aşık, il a un bon shoot, il est très grand, il peut contrer, prendre les rebonds et il court vite, donc il y a de quoi faire.

Minnesota Timberwolves

Benoit : Les bookmakers les voient autour de 40-41 victoires. On en avait discuté et on ne pensait pas que ça pouvait aller aussi haut. On avait pris Minnesota avec Moins de 41,5 victoires (Ce pari n’est pas disponible encore en France, mais les francophones qui vivent à l’étranger peuvent le prendre). Ils ont plein de joueurs prometteurs mais souvent des blessés. Ça devrait être compliqué pour eux d’atteindre les playoffs cette année. Plutôt l’an prochain, tu ne penses pas ?

Brice : Oui. les playoffs cette année, c’est compliqué pour cette équipe. Il n’y a que des jeunes, Garnett est parti…

Benoit : Ils ont du potentiel mais…

Brice : Un potentiel énorme avec Wiggins, Karl-Anthony Towns, l’intérieur Peković qui a disparu des radars depuis quelque temps mais qui pourtant était vraiment très fort…

Benoit : Je crois avoir entendu qu’ils ne comptent pas sur lui cette année.

Brice : Ça va diminuer encore plus leurs chances alors. Tous les jeunes comme Zach LaVine, c’est beau, ça fait des dunks, mais quand ça devient dangereux et que ça contre… Je ne sais pas si Gorgui Dieng va pouvoir faire la raquette toute l’année… C’est trop limité ça.

Phoenix Suns

Benoit : On pense qu’ils vont faire mieux que l’an dernier parce que Bledsoe était blessé et il revient. Booker a l’air pas mal aussi.

Brice : Oui.

Los Angeles Lakers

Benoit : À voir. Est-ce que Julius Randle va porter l’équipe ? ça va être compliqué cette année. L’an dernier, ils ont fait 17 victoires

Brice : Cette année, c’est l’année du coach. Il arrive avec ses systèmes de jeu des Golden State Warriors et va essayer de mettre ça en place. On va voir ce que l’apport de Luol Deng va donner.

Pronos sur la conférence Ouest :

Voici les paris long terme que nous avions sélectionnés sur les équipes de la conférence ouest :

– Minnesota : moins de 41,5 victoires, ce qui est le pari référence pour cette conférence ;

– Sacramento : moins de 33,5 victoires mais tout dépend si Rudy Gay reste ou pas ;

– Phoenix : Plus de 26,5 victoires. L’an dernier malgré la longue blessure de Bledsoe, ils ont eu 23 victoires donc on pense qu’ils peuvent faire mieux.

Pour accéder à toutes mes analyses et pronos et à ceux d’autres parieurs spécialisés, vous pouvez rejoindre le club en cliquant ici. 

La semaine prochaine :

C’est fini pour la conférence ouest. La semaine prochaine on reprend les mêmes et on recommence pour la Conférence Est de la NBA. Un petit coucou rapide à Dorado, Luigi et Daffy, des parieurs de mon club qui prennent leurs pronos sur la NBA. À la semaine prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.